L'actualité fiscale en continu
FiscalOnline
Fiscalité du patrimoine
Fiscalité des entreprises
Transmission d’entreprises
Fiscalité internationale
E-fiscalité et Innovation
Fiscalité écologique
Outils fiscaux
On en parle
>Sources

Auto-entrepreneur qui se facture des travaux d'amélioration sur un immeuble dont il est propriétaire : pas d'imposition titre des BIC

Revenus professionnels

Article de la rédaction du 31 mai 2019

Lorsque le propriétaire d’un immeuble se facture à lui-même en tant qu’auto-entrepreneur le temps qu’il a lui-même passé à effectuer des travaux d’amélioration de cet immeuble, les sommes ainsi facturées ne sauraient, en l’absence de toute prestation réalisée au profit de tiers, être regardées au sens et pour l’application de l’article 34 du CGI, comme provenant de l’exercice d’une activité lucrative.

Rappel des faits

M. A a été immatriculé au RCS à compter du 1er avril 2010 en qualité d’auto-entrepreneur, pour une activité de construction de bâtiments.

Son entreprise a émis deux factures relatives à des travaux sur deux biens immobiliers dont il est propriétaire à Grenoble, la première le 22 avril 2010 pour un montant de 29 500 euros et la seconde le 8 juin 2011 pour un montant de 20 500 euros.

Ces sommes ont été portées en déduction des revenus fonciers de M. et Mme A.

Estimant que ces travaux, réalisés par le contribuable lui-même, n’étaient pas déductibles de ses revenus fonciers, l’administration a remis en cause la déduction de cette charge

Elle a, en outre, regardé le chiffre d’affaires ainsi réalisé par l’entreprise comme imposable selon le régime micro-BIC, alors qu’il avait été par erreur déclaré comme constituant des revenus micro-BIC exonérés

M. A a demandé au TA de Grenoble de prononcer la décharge des cotisations supplémentaires auxquelles il a été assujetti. Par un jugement du 10 mars 2016, le TA de Grenoble a rejeté sa demande.

Par un arrêt n° 16LY01590 du 19 décembre 2017, la CAA de Lyon a rejeté l’appel formé par M. A.

M. A s’est pourvu en cassation.

L’article 34 du CGI dispose que«sont considérés comme bénéfices industriels et commerciaux, pour l’application de l’impôt sur le revenu, les bénéfices réalisés par des personnes physiques et provenant de l’exercice d’une profession commerciale, industrielle ou artisanale.»

Selon la haute juridiction administrative, «lorsque le propriétaire d’un immeuble se facture à lui-même en tant que travailleur indépendant le temps qu’il a lui-même passé à effectuer des travaux d’amélioration de cet immeuble, les sommes ainsi facturées ne sauraient, en l’absence de toute prestation réalisée au profit de tiers, être regardées au sens et pour l’application de l’article 34 du code précité, comme provenant de l’exercice d’une activité lucrative ni, par suite, comme un bénéfice industriel et commercial.»

Dès lors, en se fondant sur la circonstance que M. A était inscrit au registre du commerce et des sociétés, s’était délivré des factures se rapportant aux prestations litigieuses et avait déclaré les sommes correspondant aux heures travaillées dans la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux, pour en déduire que l’administration avait pu les imposer dans cette catégorie, alors qu’il ressortait des pièces du dossier qui lui était soumis que ces sommes correspondaient au temps qu’il avait passé à réaliser des travaux d’amélioration d’immeubles lui appartenant et qu’il n’avait réalisé aucune prestation pour des tiers, la cour a méconnu le champ d’application de l’article 34 du code général des impôts.

Le Conseil d’Etat annule l’arrêt de la CAA de Lyon du 19 décembre 2017 et le jugement du TA de Grenoble du 10 mars 2016

a lire aussiDroits d’enregistrementsOpération de BRS : l'OFS à l'épreuve de l'engagement de construireImpôts FonciersLa date d'achèvement des travaux, au sens fiscal, s'entend de la date à laquelle la construction est habitableRevenus professionnelsProlongement du suramortissement en faveur de l'achat de poids lourds moins polluants jusqu'en 2024Plus-values immobilièresPlus-value et dépenses de travaux acquittées sous la forme d’une compensation de créancesPlus-values immobilièresPlus-value et majoration du prix d’acquisition pour travaux payé par voie de compensation : il faut des preuvesDroits d’enregistrementsNon respect de l’engagement de construire : la prescription triennale suppose que l’administration ait eu connaissance de l’exigibilité des droits