L'actualité fiscale en continu
FiscalOnline
Fiscalité du patrimoine
Fiscalité des entreprises
Transmission d’entreprises
Fiscalité internationale
E-fiscalité et Innovation
Fiscalité écologique
Outils fiscaux
On en parle
>Sources

Dispense de régularisation de TVA des invendus alimentaires et non alimentaires neufs donnés aux associations reconnues d’utilité publique

Article de la rédaction du 27 août 2020

Crédit photo : fotofabrika - stock.adobe.com

L’article 273 septies D du CGI dispense de régularisation de la TVA les dons d’invendus alimentaires et non alimentaires neufs aux associations reconnues d’utilité publique présentant un intérêt général de caractère humanitaire, éducatif, social ou charitable. Bercy précise précisent les conditions formelles à satisfaire afin de bénéficier de cette dispense.

Si un bien ou un service ayant donné lieu à déduction vient à être utilisé pour une opération n’ouvrant pas droit à déduction, il convient de procéder à une régularisation de cette déduction.

Aux termes de l’article 273 septies D du CGI, une telle régularisation n’est pas nécessaire s’agissant des invendus alimentaires et non alimentaires neufs donnés aux associations reconnues d’utilité publique (y compris les fondations) présentant un intérêt général de caractère humanitaire, éducatif, social ou charitable.

Sont également admis au bénéfice de cette dispense les dons effectués au profit de ces organismes qui portent sur des biens autres que des invendus tels que les biens acquis ou fabriqués par l’assujetti en vue de leur donation et les biens usagés ayant été utilisés pour les besoins de l’exploitation du donateur.

Conformément aux dispositions de l’article 84 B de l’annexe III au CGI, l’organisme bénéficiaire des dons, ou un tiers dûment mandaté agissant en son nom et pour son compte, doit délivrer aux assujettis donateurs une attestation, comportant les mentions suivantes :

  • nom, adresse et objet de l’association ou de la fondation bénéficiaire ;

  • date et numéro du décret de reconnaissance d’utilité publique, tel qu’il figure au Journal Officiel ;

  • nom et adresse de l’assujetti donateur ;

  • inventaire détaillé retraçant la date du don, la nature et la quantité des biens donnés.

L’attestation peut être établie au titre d’une pluralité de dons effectués par un même donateur, perçus sur une période n’excédant pas une année civile.

Les assujettis donateurs ainsi que les organismes bénéficiaires ou leur tiers mandaté doivent conserver ces attestations dans les conditions prévues au I de l’article L. 102 B du livre des procédures fiscales.

Sous réserve du respect de ces conditions formelles, bien que consentis à des organismes ne bénéficiant pas de la reconnaissance d’utilité publique, il est admis que la dispense de régularisation s’applique également aux dons de biens effectués par les assujettis :

  • au profit des « banques alimentaires » affiliées à la fédération française des banques alimentaires.

  • au profit d’associations ou fondations sans but lucratif dont la gestion est désintéressée qui les exportent dans le cadre de leurs activités humanitaires, éducative, sociales ou charitables.

a lire aussiImpôt sur le revenuLa fiscalité des dons en faveur des associations : les 3 recommandations de la Cour des ComptesDispense de TVAPas de dispense de régularisation de TVA quand l'acquisition est placée sous le régime de marchand de biensDroits de mutationProjet de loi relatif à l'accord franco-monegasque concernant le régime fiscal des dons et legs consentis à certains bénéficiairesImpôt sur le revenuLes dons pour le financement de campagnes électorales ne sont pas soumis au plafond fiscal des dons aux partis politiquesDroits d’enregistrementsPLFR2020-III : Abattement pour don sur succession à certains organismes, le délai pour effectuer la libéralité serait porté à douze moisTVAConditions de forme à respecter pour le bénéfice de la dispense de régularisation de la TVA initialement déduite ayant grevé des dons d’invendus neufs