L'actualité fiscale en continu
FiscalOnline
Fiscalité du patrimoine
Fiscalité des entreprises
Transmission d’entreprises
Fiscalité internationale
E-fiscalité et Innovation
Fiscalité écologique
Outils fiscaux
On en parle
>Sources

Les mesures des ministres des Finances du G5 pour lutter contre l'optimisation fiscale agressive

Article de la rédaction du 28 avril 2014

Crédit photo : pict rider - stock.adobe.com

Les ministres des Finances du G5 ont appelé le 28 avril à adopter le nouveau standard mondial sur l’échange automatique d’informations pour lutter contre la fraude fiscale, en particulier celle liée aux montages off-shore. Ils ont également rappelé que l’optimisation fiscale constitue une menace majeure pour les finances publiques.

Adopter le nouveau standard mondial sur l’échange automatique d’informations

En premier lieu, les ministres du G5 ont souligné l’extrême importance de l’échange automatique d’informations comme un moyen très efficace pour lutter contre la fraude fiscale, notamment s’agissant de l’évasion fiscale off-shore, et pour renforcer le civisme fiscal. Ils ont appelé tous les centres financiers à s’y rallier.

Soulignant les développements internationaux dans ce domaine, ils ont demandé en commun à leurs administration d’engager les préparatifs en vue de la signature d’accords d’échange automatique d’informations, selon le nouveau standard mondial établi par l’OCDE, entre elles et avec les 39 autres juridictions qui se sont engagées à les rejoindre. Ce processus sera mené à bien au plus tard pour le Forum mondial sur la transparence et l’échange d’informations à des fins fiscales à Berlin les 28 et 29 octobre 2014. Cela permettra de tenir le calendrier ambitieux mais réaliste auquel ils se sont engagés : les premiers échanges d’information se feront en 2017 sur des données collectées à partir du 31 décembre 2015.

Ils soulignent le travail réalisé par le Forum mondial pour la transparence et l’échange d’informations à des fins fiscales. S’agissant de l’échange d’informations sur demande, ils insistent pour que toutes les juridictions mettent en œuvre rapidement les recommandations du Forum, en particulier celles dont l’évaluation complète n’a pas été possible ou qui ont été notées non conformes ou partiellement conformes. De plus, ils soulignent l’importance de développer dans ce cadre, également, un suivi de la mise en œuvre de l’échange automatique.

Soutien au chantier sur l’érosion des bases et les transferts de profit

En matière de fiscalité des entreprises, ils réitèrent leur plein soutien au chantier sur l’érosion des bases et les transferts de profit (Base Erosion and Profit Shifting – BEPS) lancé par le G20 et l’OCDE, dont les premières conclusions seront présentées aux ministres des finances lors du G20 de septembre 2014.

Ils soulignent qu’il doit aboutir, d’ici septembre 2015, à une approche globale permettant de corriger les failles actuelles du système fiscal international, en modernisant certaines dispositions qui s’avèrent dépassées et en les remplaçant par un nouvel ensemble de règles mondiales.

Lutter contre l’optimisation fiscale agressive

Cela permettra de répondre aux pratiques d’optimisation fiscale agressive. En effet, l’optimisation fiscale constitue une menace majeure pour les finances publiques, la justice fiscale et le bon fonctionnement de l’économie.

A cet égard, les Ministres du G5 se sont accordés sur la série de mesures suivantes.

  • Apporter une réponse aux défis spécifiques liés aux nouveaux business models dans le secteur de l’économie numérique, à travers des mesures efficaces.

Les pays où ces sociétés conduisent leurs activités doivent être en capacité de percevoir leur juste part d’impôt. A cet effet, les ministres du G5 ont convenu de l’intérêt de travailler sur des interprétations flexibles des règles de territorialité actuellement en vigueur, sans s’interdire d’envisager, si cela apparaît nécessaire, l’adoption de notions nouvelles telles que la présence fiscale numérique (Digital Tax Presence).

  • Adapter les règles en matière de prix de transfert pour que la répartition des bénéfices entre les Etats reflète la création de valeur.

Dans ce domaine, ils s’accordent pour considérer que les règles doivent être adaptées de manière à ce que la répartition des bénéfices entre les Etats reflète la création de valeur.

  • Renforcer les moyens des administrations fiscales pour remettre en cause les transactions ou les organisations à travers lesquelles des entreprises multinationales, dans des conditions non justifiées économiquement, abaissent fortement leur taux d’imposition mondial. Les administrations fiscales doivent disposer de moyens renforcés pour remettre en cause les transactions ou les organisations à travers lesquelles des entreprises multinationales, dans des conditions non justifiées économiquement, abaissent fortement leur taux d’imposition mondial Elles sont souvent liées à la localisation sur des territoires à fiscalité faible ou nulle d’actifs immatériels de valeur élevée ou de niveaux excessifs de capitaux et de risques.

  • S’attaquer aux montages d’évasion fiscale reposant sur des instruments hybrides.

  • Réserver les avantages des conventions fiscales internationales aux entreprises qui exercent une activité économique réelle, avec des mesures anti-abus. Ils soulignent que leurs avantages doivent être réservés aux entreprises qui exercent une activité économique réelle. Pour s’en assurer, des mesures anti-abus doivent être mises en place.

  • Poursuivre les travaux du Forum sur les pratiques fiscales dommageables afin d’assurer que les régimes préférentiels ne sont pas accordés en l’absence d’activité substantielle, et sur la transparence (notamment en ce qui concerne les régimes de rulings). Le Forum sur les pratiques fiscales dommageables doit poursuivre ses travaux afin d’assurer que les régimes préférentiels ne sont pas accordés en l’absence d’activité substantielle, et sur la transparence (notamment en ce qui concerne les régimes de rulings).

  • S’assurer du reporting par pays afin que toutes les administrations fiscales concernées disposent de l’information nécessaire pour procéder à des travaux d’analyse-risque. Ils insistent sur l’importance de cet outil. Ils s’accordent pour considérer qu’il devrait assurer à toutes les administrations fiscales concernées l’information nécessaire pour procéder à des travaux d’analyse-risque.

  • Encourager la Commission à procéder à un examen de la législation européenne pour évaluer ses impacts sur les pratiques d’optimisation fiscale agressive et à proposer les mesures nécessaires. Ils encouragent la Commission à procéder à un examen de la législation européenne pour évaluer ses impacts sur les pratiques d’optimisation fiscale agressive et à proposer les mesures nécessaires. Ils ont convenu, à titre de première action en ce sens, de soutenir les modifications appropriées des directives relatives à la taxation des entreprises.

a lire aussiPrix de transfertL'OCDE met à jour les profils des pays en matière de prix de transfertPrix de transfertL'activité de garantie du risque de crédit au profit de filiales étrangères à l'épreuve des prix de transfertEvasion fiscaleLe tribunal de l'UE rejette la contestation par Nike de l'enquête sur les aides d'État en matière de prix de transfertPrix de transfertPrix de transfert : les avantages consentis doivent être justifiés par l’obtention de réelles contrepartiesPrix de transfertPrix de transfert : l’exposition de charges supplémentaires comparé au marché libre caractérise l’existence d’un transfert indirect de bénéfices