L'actualité fiscale en continu
FiscalOnline
Fiscalité du patrimoine
Fiscalité des entreprises
Transmission d’entreprises
Fiscalité internationale
E-fiscalité et Innovation
Fiscalité écologique
Outils fiscaux
On en parle
>Sources

Suisse : les personnes morales qui poursuivent des buts idéaux seront exonérées de l’impôt dès 2018

Fiscalité à l'étranger

Article de la rédaction du 12 août 2015

Crédit photo : PASQ - stock.adobe.com

Lors de sa séance du 12 août le Conseil fédéral Suisse a décidé que la loi fédérale du 20 mars 2015 sur l’exonération des personnes morales poursuivant des buts idéaux entrerait en vigueur début 2018 dans le cadre de l’impôt fédéral direct. Les dispositions similaires de la loi sur l’harmonisation des impôts directs des cantons et des communes entreront quant à elles en vigueur début 2016 déjà. Les cantons auront ensuite deux ans pour adapter le droit cantonal au droit fédéral.

Pour l’imposition du bénéfice, la loi fédérale prévoit une franchise de 20 000 francs pour toutes les personnes morales qui consacrent leur bénéfice et leur capital exclusivement à des buts idéaux.

Cette franchise permettra de maintenir la charge administrative des cantons à un niveau aussi faible que possible. En effet, avec la nouvelle réglementation, il n’y aura lieu de vérifier si une personne morale poursuit des buts idéaux que lorsque le bénéfice qu’elle réalise est inférieur au montant de la franchise. Les bénéfices qui dépassent la franchise entraîneront l’assujettissement, que la personne morale remplisse ou non le critère défini dans la loi. Les cantons pourront fixer eux-mêmes le montant de la franchise applicable à leurs propres impôts. L’impôt cantonal sur le capital n’est pas touché par cette nouvelle réglementation.

La loi fédérale sur l’exonération des personnes morales poursuivant des buts idéaux fait suite à la motion 09.3343 «Droit des associations. Exonération fiscale», déposée par le conseiller aux Etats Alex Kuprecht. Ce dernier demande dans sa motion l’exonération totale ou jusqu’à un certain montant des associations qui consacrent exclusivement leurs revenus et leur patrimoine à des buts idéaux. L’objectif est notamment d’alléger la charge des associations qui affectent leur bénéfice à l’encouragement de la jeunesse et de la relève.

Source : Département fédéral des finances suisse

a lire aussiConventions fiscalesQuand le Conseil d'Etat retient le critère de la nationalité pour déterminer la résidence fiscale en France