L'actualité fiscale en continu
FiscalOnline
Fiscalité du patrimoine
Fiscalité des entreprises
Transmission d’entreprises
Fiscalité internationale
E-fiscalité et Innovation
Fiscalité écologique
Outils fiscaux
On en parle
>Sources

Performance du capital-investissement à fin 2015

Deals & levées de fonds
A propos de l'auteur L’Association Française des Investisseurs pour la Croissance (AFIC) regroupe l’ensemble des structures de capital-investissement installées en France : capital-innovation, capital-développement, capital-transmission et capital-retournement. Actionnaires professionnels, les 276 membres actifs de l’association accompagnent et financent la croissance de près de 5000 entreprises en France en collaboration avec près de 170 membres associés qui représentent les sociétés de conseil et de gestion partenaires des investisseurs et des entrepreneurs. L’adhésion à l’AFIC constitue pour les sociétés de gestion une des conditions d’agrément requises par l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) pour l’exercice de la profession. Au-delà de sa mission de déontologie, de contrôle et de développement de pratiques de place, l’AFIC fédère, représente et assure la promotion de la profession du capital-investissement auprès des investisseurs institutionnels, des entrepreneurs, des leaders d’opinion et des pouvoirs publics. Le capital-investissement, acteur essentiel de la croissance et de l‘emploi, contribue à l’amélioration du financement de l’économie, en particulier à destination des PME-PMI qu’il accompagne et soutient aux différents stades de leur cycle de vie, à la stimulation de la croissance et à la promotion de l’esprit d’entreprise. Représentant plus de 20 % du marché européen, le capital-investissement français se classe au 1er rang en Europe Continentale par la densité de ses interventions : il n’y a pas d’autre pays en Europe où autant d’entreprises soient soutenues chaque année.

Communiqué de l’AFIC du 29 juin 2016

L’Association Française des Investisseurs pour la Croissance (AFIC) et EY publient leur étude annuelle sur la performance nette des acteurs français du capital-investissement à fin 2015.

Le capital-investissement français, année après année, continue à afficher un très bon rendement et surperforme à nouveau en 2015 toutes les autres classes d’actifs. Le talent entrepreneurial français allié au capital patient et à la qualité de l’accompagnement apportés par les fonds membres de l’AFIC permettent de rémunérer l’épargne française et internationale investie dans l’économie productive. Notre ambition est de doubler la taille du capital-investissement français à horizon de 5 ans pour faire croître les entreprises, tout en favorisant plus largement encore l’orientation de l’épargne vers cette classe d’actifs robuste, déclare Olivier Millet, Président de l’AFIC.

Dans un environnement de rendement très bas et fortement volatile, le capital-investissement français maintient sa performance robuste et stable dans la durée, illustrant ainsi la qualité et le dynamisme des entreprises accompagnées précise Bertrand Rambaud, administrateur et Président de la commission Etudes et Statistiques de l’AFIC.

Maintien de la tres bonne performance a long terme

La performance du capital-investissement français depuis l’origine, mesurée à fin 2015, s’élève à 10% en moyenne par an, nette de frais, supérieure aux 9,8% dégagés fin 2014 sur un périmètre comparable.

Sur un horizon de 10 ans la performance moyenne est également de 10% nette par an.

Ces chiffres traduisent la très bonne rentabilité sur le long terme de cette classe d’actifs et la stabilité des performances.

Surperformance par rapport a toutes les autres classes d’actifs

Le capital-investissement français surperforme à nouveau les autres grandes classes d’actifs sur le long terme, y compris ceux sans rique, dans un environnement de rendement historiquement et durablement très bas.

Sur l’horizon de 10 ans, le rendement moyen annuel de 10% est deux fois plus élevé que celui des marchés d’actions cotées (4,0% pour le CAC40 , 5,3% pour le CAC All-Tradable - ex SBF 250).

Le constat est du même ordre de grandeur par rapport au marché obligataire et au marché immobilier qui enregistrent des progressions de respectivement 5,1% et 6,0%.