L'actualité fiscale en continue

FiscalOnline

Fiscalité du patrimoine

Fiscalité des entreprises

Transmission d’entreprises

Fiscalité internationale

E-fiscalité et Innovation

Fiscalité écologique

Outils fiscaux

On en parle

Sources

Comment financer les études de ses enfants ?

Economie
Tagsuff
A propos de l'auteur Créée en 1968, l’Union Financière de France est une banque spécialisée dans le conseil en gestion de patrimoine. Elle accompagne ses clients particuliers et chefs d’entreprise. Sa gamme de solutions, construite en architecture ouverte, comprend l’immobilier, les valeurs mobilières et l’assurance vie ainsi qu’un large éventail de produits destinés aux entreprises (plan d’épargne retraite, plan d’épargne salariale, gestion de liquidités à moyen terme, etc.). L’Union Financière de France dispose d’un réseau dense présent partout en France et est composée de 1 500 salariés, dont plus de 1 200 dédiés au conseil. L’Union Financière de France compte 211 000 clients, dont 187 000 particuliers et 24 000 entreprises. Union Financière de France Banque est cotée sur Euronext Paris Compartiment B Code Euroclear 3454 - Code ISIN FR0000034548.

Communiqué du 19 juillet 2016

La volonté d’assurer l’avenir de ses enfants, incluant notamment le financement de leurs études supérieures, fait partie des trois objectifs patrimoniaux universellement partagés par les investisseurs au même titre que l’acquisition de sa résidence principale et la préparation de sa retraite.

Ces trois motivations peuvent naître dans un laps de temps assez court, voire se « télescoper » et in fine nécessiter un sacrifice. L’anticipation et la présence d’un coach patrimonial permettent de mettre en œuvre le(s) véhicule(s) le(s) mieux adapté(s) à chaque situation familiale.

Décryptage avec Vincent Dupin, responsable des Techniques Patrimoniales à l’UFF.

Un investissement mensuel de 202 € pendant 18 ans permet de réunir 55 000 €

En 2015, la durée moyenne des études supérieures en France était de 4 ans. Dans le même temps, la dépense globale (logement, vie courante, frais de scolarité) peut aisément atteindre 50 à 55 000 €, et, si les études sont effectuées à l’étranger, ce montant peut augmenter de façon significative, voire doubler. Il est ainsi capital de commencer à consacrer une partie de son épargne au financement des études dès la naissance de ses enfants.

  • Un investissement mensuel de 202 € sur une période de 18 ans (à un taux de rendement de 2,5 % net d’impôts et de prélèvements sociaux) permet de réunir la somme de 55 000 €.

  • Réduire la durée de l’investissement mensuel à 10 ans nécessite d’augmenter l’épargne à 404 € par mois ;

  • Enfin, si un investisseur n’a que 5 ans, l’effort sera beaucoup plus conséquent puisqu’il faudra épargner 861 € chaque mois.

La durée de l’investissement influe directement sur les choix de placements

La durée de l’investissement, imposée par l’âge des enfants lors sa mise en place et comprise entre 0 et 18 ans, a un impact direct sur le choix du ou des véhicules sélectionnés.

Elle indiquera aussi le cadre fiscal le plus adapté (PEA, assurance vie etc…​) :

  • Immobilier pour le long terme (c’est-à-dire une durée d’investissement supérieure à 15 ans). Exemple d’investissement : l’immobilier locatif avec le dispositif Pinel, en direct ou au travers de parts de SCPI.

  • Valeurs mobilières pour le moyen terme (c’est-à-dire une durée d’investissement supérieure à 5 ans). Exemple d’investissement : l’assurance vie en unité de compte ou le PEA.

  • Et enfin, taux fixe pour le court terme (c’est-à-dire une durée d’investissement inférieure à5 ans). Exemple d’investissement : l’assurance vie en support euros ou en UC (unités de compte) d’obligations d’entreprises à court ou moyen terme. Anticiper, c’est également mettre en place une « garantie de bonne fin ».

La disparition potentielle de l’un des parents ne doit pas mettre en péril la réalisation de l’objectif de financement des études des enfants. Il est conseillé de mettre en place une « garantie de bonne fin », consistant en une couverture décès.

En cela, l’immobilier à crédit, à travers l’assurance emprunteur du crédit, peut constituer une réponse parfaitement adaptée à condition de disposer de plus de 15 ans avant le début des études des enfants.

De même, dans le cas d’une épargne financière, la souscription d’un capital décès pendant toute la durée de l’épargne est une solution efficace et facile à mettre en œuvre.