L'actualité fiscale en continu
FiscalOnline
Fiscalité du patrimoine
Fiscalité des entreprises
Transmission d’entreprises
Fiscalité internationale
E-fiscalité et Innovation
Fiscalité écologique
Outils fiscaux
On en parle
>Sources

Bruno Le Maire expose sa feuille de route fiscale concernant les entreprises et les particuliers

Suivi législatif

Article de la rédaction du 20 août 2017

Dans le cadre d’un entretien accordé au quotidien Sud-Ouest ce lundi 21 août, Bruno Le Maire le ministre de l’économie et des finances a présenté sa «feuille de route fiscale concernant les entreprises et les particuliers».

Concernant la mise en oeuvre d’une taxation temporaire dont écoperaient les grands groupes.

Si le ministre des finances confirme que le voeu du gouvernement est de réduire la fiscalité des entreprises par une réduction progressive du taux de l’impôt sur les sociétés, qui ne sera plus que de 25 % à la fin du quinquennat, il rappelle que le gouvernement doit tirer les conséquences de la décision de la CJUE qui a jugé que la taxe de 3% sur les dividendes était contraire à la directive mère-fille.

«le gouvernement devra faire face au coût du contentieux perdu par l’Etat pour le passé. C’est ce dernier point qui pose une difficulté. »a précisé le ministre.

Bruno Le Maire souligne que si rien n’est encore décidé à ce jour, des discussions sont en cours pour définir une solution temporaire qui ne concernerait que quelques très grands groupes réalisant les de 1Md€ de CA.

Concernant la taxe carbone

Bruno Le Maire confirme que le gouvernement souhaite faire avancer la transition écologique et ainsi réviser la fiscalité énergétique.

«La fiscalité des énergie carbonées augmentera progressivement d’ici à la fin du quinquennat» souligne M. Lemaire.

Le gouvernement fera également converger le prix du gazole avec celui de l’essence.

Concernant les particuliers

Le ministre confirme que le gouvernement baissera les impôts pour les entreprises comme pour les particuliers.

Interrogé sur la hausse de la CSG qui pénalisera les retraités, le patron de Bercy reconnaît «leur demander un effort.» «Je leur dis qu’ils le font pour les plus jeunes générations et pour récompenser le travail. Ce n’est pas un effort pour alimenter les caisses de l’État.»

Toutefois,«les plus modestes ne seront pas touchés : un retraité seul qui perçoit moins de 1.200 euros par mois ne sera pas concerné. Ni les couples qui perçoivent moins de 1.800 euros mensuels»ajoute le ministre.

Concernant la suppression de la taxe d’habitation pour 80 % des ménages, elle sera mise en place progressivement et sera engagée dès 2018.

Source : Sud-Ouest

Affaire à suivre…​