Prise en compte de l'érosion monétaire pour le calcul des plus-values immobilières

03/04/2010 Par La rédaction
1 min de lecture

Actuellement il n’est pas tenu compte de l’érosion monétaire pour le calcul d’une plus-value immobilière.

 

Or comme le soulignent MM. Claude BIWER, Jean BOYER, Marcel DENEUX, Yves DÉTRAIGNE et Mme Anne-Marie PAYET, (Sénateurs) : la valeur d’un euro de 2002 est supérieure à celle d’un euro de 2010 et ceci est bien évidemment encore plus vrai pour les francs d’avant 2002 (convertis en euros).

Ainsi, si un bien a été acheté en 1997 au prix d’un million de francs soit l’équivalent de 152 450 euros et vendu 300 000 euros en 2010, la plus-value sera calculée sur la différence entre ces deux prix sans tenir compte de la véritable valeur du million

Sur le même sujet

Voir plus d'articles