L'actualité fiscale en continu
FiscalOnline
Fiscalité du patrimoine
Fiscalité des entreprises
Transmission d’entreprises
Fiscalité internationale
E-fiscalité et Innovation
Fiscalité écologique
Outils fiscaux
On en parle
>Sources

Les taxes environnementales ont constitué 6,3% des recettes fiscales dans l'UE en 2014

Lutte contre les pollutions

Communiqué du 22 avril 2016

Dans l’Union européenne (UE), les taxes environnementales se sont élevées à 343,6 Md€ en 2014, contre 282,0 Md€ en 2004. Toutefois, la part des recettes des taxes environnementales dans le total des impôts et des cotisations sociales a diminué au cours de cette décennie, passant de 6,8% en 2004 à 6,3% en 2014.

La part des taxes environnementales dans le total des impôts et des cotisations sociales est un indicateur du tableau de bord sur l’efficacité de l’utilisation des ressources qui permet de suivre la mise en œuvre de la feuille de route pour une Europe efficace dans l’utilisation des ressources. Cette feuille de route recommande une hausse substantielle de la part des taxes environnementales, conformément aux meilleures pratiques des États membres (part excédant 10%).

L’analyse des principales catégories de taxes environnementales montrent que les taxes sur l’énergie (76,5% du total des taxes environnementales) représentaient plus des trois quarts du total des recettes des taxes environnementales dans l’UE, loin devant les taxes sur les transports (19,9%) et celles sur la pollution et les ressources (3,6%).

Ces données sont extraites d’un article publié par Eurostat, l’office statistique de l’Union européenne.

La part des taxes environnementales dans le total des recettes des impôts et cotisations sociales varie considérablement d’un État membre de l’UE à l’autre.

Avec une part supérieure à 10%, la Slovénie (10,6%), la Croatie (10,5%) ainsi que la Grèce (10,2%) étaient en 2014 les États membres où les taxes environnementales avaient le poids le plus élevé, devant la Bulgarie (9,8%), la Lettonie (9,3%), Chypre et les Pays-Bas (9,0% chacun).

À l’autre extrémité de l’échelle, c’est en Belgique et en France (4,5% chacune) que la part des taxes environnementales dans le total des recettes des impôts et cotisations sociales était la moins élevée en 2014, suivies de l’Allemagne, du Luxembourg et de la Suède (5,2% chacun).

Source :Eurostat

a lire aussiChiffres utilesRapport de la DGFiP : des recettes fiscales en baisse en 2020