L'actualité fiscale en continu
FiscalOnline
Fiscalité du patrimoine
Fiscalité des entreprises
Transmission d’entreprises
Fiscalité internationale
E-fiscalité et Innovation
Fiscalité écologique
Outils fiscaux
On en parle
>Sources

Nouvelles règles de TVA pour le commerce électronique au 1er juillet 2021

Commerce électronique

Article de la rédaction du 29 juin 2021

Crédit photo : momius - stock.adobe.com

Les nouvelles règles relatives à la TVA applicables au commerce en ligne entreront en vigueur dans le courant de cette semaine, dans le cadre des efforts visant à garantir des conditions de concurrence plus équitables pour toutes les entreprises, à simplifier le commerce électronique transfrontière et à accroître la transparence pour les consommateurs de l’UE en ce qui concerne les prix pratiqués et le choix dont ils disposent.

Le système de TVA de l’UE a été mis à jour en dernier lieu en 1993 et n’a pas suivi le rythme de l’expansion du commerce électronique transfrontière qui a transformé le secteur du commerce de détail ces dernières années. La pandémie de coronavirus a également accéléré l’essor du commerce de détail en ligne et a souligné à nouveau la nécessité d’une réforme pour faire en sorte que la TVA due sur les ventes en ligne revienne au pays du consommateur. Les nouvelles règles répondent également à la nécessité de simplifier la vie à la fois des consommateurs et des opérateurs économiques.

Ces nouvelles règles, qui entreront en vigueur le 1er juillet, concerneront les vendeurs et les places de marché/plateformes en ligne tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’UE, les opérateurs postaux et les services de courrier rapide, les administrations douanières et fiscales ainsi que les consommateurs.

Qu’est-ce qui change?

À partir du 1er juillet 2021, un certain nombre de modifications seront apportées aux modalités de perception de la TVA sur les ventes en ligne, que les consommateurs effectuent des achats auprès d’opérateurs économiques établis dans l’UE ou en dehors de son territoire:

Dans le cadre du système actuel, les biens d’une valeur inférieure à 22 € importés dans l’UE par des entreprises de pays tiers sont exonérés de la TVA.

À compter de jeudi, cette exonération est levée afin que la TVA soit perçue sur tous les biens qui entrent dans l’UE, à l’instar des biens vendus par les entreprises de l’UE.

Il ressort de certaines études et de l’expérience acquise que cette exonération est utilisée de manière abusive, par des vendeurs peu scrupuleux établis dans des pays tiers qui apposent des étiquettes frauduleuses sur des envois de biens (des smartphones, par exemple) afin de bénéficier de l’exonération. Cette faille permet à ces entreprises de casser les prix par rapport à leurs concurrents européens; selon les estimations, la fraude coûte aux administrations fiscales de l’UE 7 milliards € par an, ce qui engendre une charge fiscale plus lourde pour les autres contribuables.

Actuellement, les vendeurs en ligne sont tenus de s’immatriculer à la TVA dans chaque État membre dans lequel ils ont un chiffre d’affaires supérieur à un certain seuil global, qui varie selon les pays.

À partir du 1er juillet, ces différents seuils seront remplacés par un seuil commun de l’UE de 10 000 €, au-dessus duquel la TVA devra être payée dans l’État membre où les biens sont livrés.

Dans le but de simplifier la vie de ces entreprises et de faciliter leurs ventes dans d’autres États membres, les vendeurs en ligne peuvent désormais s’enregistrer dans un portail électronique appelé «guichet unique», sur lequel ils peuvent accomplir toutes leurs obligations en matière de TVA liées aux ventes qu’ils effectuent dans l’ensemble de l’UE. Ce seuil de 10 000 € s’applique déjà aux services électroniques vendus en ligne depuis 2019.

Au lieu d’être aux prises avec des procédures compliquées dans d’autres pays, ils peuvent s’enregistrer dans leur propre État membre et dans leur propre langue. Une fois enregistré, le détaillant en ligne peut notifier et payer la TVA dans le guichet unique pour l’ensemble de ses ventes dans l’UE au moyen d’une déclaration trimestrielle. Le guichet unique se chargera de transmettre la TVA à l’État membre concerné.

Dans le même ordre d’idées, l’instauration d’un guichet unique pour les importations destiné aux vendeurs de pays tiers leur permettra de s’immatriculer facilement à la TVA dans l’UE et garantira que le montant correct de TVA revient à l’État membre dans lequel la taxe est due en définitive. Pour les consommateurs, cela se traduit par une transparence bien plus grande: lorsque vous effectuez des achats auprès d’un vendeur ou d’une plateforme de pays tiers, qui est enregistré dans le guichet unique, la TVA devrait être intégrée dans le prix que vous payez au vendeur. Autrement dit, plus d’appels des douanes ou des services de courrier rapide demandant un supplément lorsque les biens arrivent dans votre pays d’origine, puisque la TVA aura déjà été payée.

Les entreprises établies en dehors de l’UE sont déjà nombreuses à s’être enregistrées dans le guichet unique pour les importations, y compris les grandes places de marché en ligne mondiales.

a lire aussiFiscalité communautaireCovid-19 : le Conseil de l'UE adopte une exonération temporaire de TVA « Buy and Donate »TVAL'ouverture d’une procédure de faillite à l’égard d’un opérateur économique n'entraîne pas automatiquement la régularisation de la TVA déduiteFiscalité communautaireTVA : la notion d’établissement stable  à l’égard d’une activité ne mettant en œuvre aucun moyen technique et humain pour son exécutionCommerce électroniqueTVA et e-commerce : modalités de transmission des déclarations, de recouvrement et de radiation pour les personnes recourant aux guichets uniques européensContrôle et contentieuxNouvelles précisions doctrinales relatives à l’obligation d'utilisation de logiciels ou systèmes de caisse sécurisésTVAModification des modalités de dépôt des demandes de remboursement de TVA pour les professionnels établis hors de l'UE