L'actualité fiscale en continu
FiscalOnline
Fiscalité du patrimoine
Fiscalité des entreprises
Transmission d’entreprises
Fiscalité internationale
E-fiscalité et Innovation
Fiscalité écologique
Outils fiscaux
On en parle
>Sources

Picasso, les céramiques flambent-elles ?

Marché de l'art
A propos de l'auteur Artmarket est l'acteur global du Marché de l'Art avec entre autres son département Artprice qui est le Leader mondial des banques de données sur la cotation et les indices de l'Art avec plus de 30 millions d'indices et résultats de ventes couvrant plus de 700 000 Artistes. Artprice Images® permet un accès illimité au plus grand fonds du Marché de l'Art au monde, bibliothèque constituée de 180 millions d'images ou gravures d'œuvres d'Art de 1700 à nos jours commentées par ses historiens. Artmarket avec son département Artprice, enrichit en permanence ses banques de données en provenance de 6300 Maisons de Ventes et publie en continu les tendances du Marché de l'Art pour les principales agences et 7200 titres de presse dans le monde. Artmarket.com met à la disposition de ses 4,5 millions de membres (members log in), les annonces déposées par ses Membres, qui constituent désormais la première Place de Marché Normalisée® mondiale pour acheter et vendre des œuvres d'Art à prix fixe ou aux enchères (enchères réglementées par les alinéas 2 et 3 de l'article L 321.3 du Code du Commerce). Artmarket avec son département Artprice, possède le label étatique « Entreprise Innovante » par la Banque Publique d'Investissement (BPI) (pour la deuxième fois en novembre 2018 pour une nouvelle période de 3ans) et développe son projet d'acteur global sur le Marché de l'Art.

Communiqué d’Artprice du 2 mars 2021

Picasso reste l’artiste le plus recherché et le plus coté au monde. Ses performances aux enchères de l’année 2020 lui donnent encore la première place mondiale, tant en termes de produit de ventes – 245,4m$ – que de nombre de lots vendus, près de 3 400. En cette année chamboulée par la crise du coronavirus, le mythe Picasso n’a pas flanché sur le marché des enchères. L’artiste demeure le premier référent du marché de l’art mondial.

Coté à millions dans les domaines de la peinture, du dessin ou de la sculpture, Pablo PICASSO est encore accessible à un grand nombre de collectionneurs pour ce qui est de la céramique. Obtenir une œuvre de la main du maître est effectivement possible pour moins de 5.000$ à travers cette production originale issue de la terre et du feu. Une aubaine, lorsque le moindre petit format peint excède le million et qu’une simple palette du génie moderne s’arrache autour de 30 000$ (Palette de l’artiste (1973), vente en ligne Sotheby’s 18 juin 2020).

“Comme l’exige la tradition, le couple Ramié tend à son hôte une boule de terre dans laquelle sont aussitôt modelés deux taureaux et un faune. L’été suivant, lorsqu’il revient à Vallauris, et découvre les trois pièces cuites. C’est une révélation”. Franck Leclerc, “Sur les traces de Picasso à Vallauris”

Les céramiques de Picasso ont commencé à sortir de la confidentialité dans les années 1990, grâce à une exposition organisée par le galeriste Ernst Beyeler en Suisse, mais aussi grâce à la parution d’un important ouvrage – Céramiques de Picasso (1999) – mené par Marilyn McCully, conservatrice au Metropolitan Museum de New York. L’auteure y écrit que les céramiques de Picasso “ont été laissées de côté pour ainsi dire jusqu’à aujourd’hui (1999) par la plupart des conservateurs de musée et des commissaires d’exposition, qui n’en connaissent pas l’existence et même la teneur.” Ce n’est évidemment plus le cas. Depuis 10 ans, les plus belles réalisations en céramique sont susceptibles de passer le million de dollars. La semaine dernière, Sotheby’s dispersait 117 céramiques issues de la collection Nina Miller, lors d’une vente en ligne étendue du 11 au 23 février générant, au total, 3,5 m$, avec des résultats souvent supérieurs à ceux annoncés par les estimations.

117 céramiques dispersées chez Sotheby’s

Les céramiques que réalise Pablo Picasso à l’atelier Madoura de Vallauris (dans le sud de la France) dès 1946, illustrent la créativité et l’originalité de l’artiste. Le maître espagnol a produit plus de 3 500 céramiques pendant 25 années : cruches, vases, assiettes, plats, pichets, reçoivent des figures de taureaux, d’oiseau, de faunes ou de femmes.. Les plus belles œuvres ne sont de véritables sculptures comme le Canard pique-fleurs, une pièce de 1951 illustrant combien Picasso jouait avec les formes, insufflant à l’objet quotidien la silhouette drolatique de l’animal palmé.

Lors de la dernière vente en ligne de Sotheby’s (du 11/02 au 23/02/2021), le Canard pique-fleurs s’est envolé pour 266.000$, soit plus du double de l’estimation haute alors qu’on pouvait acheter l’un de ces drôles d’oiseaux (il en existe 50 exemplaires) autour de 50.000$ il y a trois ou quatre ans. Il est vrai que ces pièces importantes deviennent de plus en plus rares alors qu’elles sont toujours plus désirées… Mais les petites pièces ont elles aussi souvent outrepassé leurs estimations, comme ce vide-poche orné d’un Oiseau à la huppe (édition de 500 exemplaires) parti pour 4 000$, tandis qu’on en trouvait régulièrement pour la moitié de ce prix il y a quelques années. Le format de la vente en ligne de Sotheby’s explique en partie ces beaux résultats car il a permis de mettre en concurrence de nombreux acheteurs à travers le monde sur une longue période de 12 jours.

Le format de la vente en ligne de Sotheby’s a permis de mettre en concurrence de nombreux acheteurs à travers le monde sur une longue période de 12 jours.

Les prix grimpent, certes, puisque des œuvres achetées pour 10 000$ autour de 2010 se négocient aujourd’hui entre 15 000 et 20 000$. Mais flambent-ils réellement pour les céramiques ? Plutôt que de “flambée”, il serait plus juste de parler d’une augmentation naturelle des prix et à la multiplication des collectionneurs séduits par cet art du feu tardivement révélé, comparé aux autres catégories de la création de Picasso.

Evolution de l’indice des prix de Picasso depuis 2000 (copyright Artprice.com)

Meilleur résultat de la vente en ligne de février 2021 par Sotheby’s: Gros oiseau visage noir (1951) vendue 462.000$, deux fois l’estimation haute. Ce très beau vase en terre de faïence, est un exemplaire hors-commerce d’une édition de 25.

Record absolu pour une céramique de Picasso: Le hibou gris (1953), vendue pour 2,4 m$ en 2018 par Christie’s. Cette faïence peinte a la particularité d’être une œuvre unique.

Remarque aux collectionneurs: Les résultats d’une même pièce sont parfois bien différents et il s’agit pour l’amateur de se montrer vigilant sur l’état des pièces en demandant un rapport d’état, car la valeur peut chuter de moitié si la céramique a été endommagée.

a lire aussiMarché de l'artArt : Top 10 des adjudications records pour des artistes femmes nées en FranceMarché de l'artLe prix de la Fondation Florence et Daniel Guerlain est attribuée à Françoise PétrovitchMarché de l'artChristie’s génère 274,8m$ le 23 marsMarché de l'artPhillips collectionne les records pour l’art ultra-contemporainMarché de l'artRapport : le marché de l'art en 2020Marché de l'artFrais acheteurs : l’art est-il de plus en plus plus cher ?