L'actualité fiscale en continu
FiscalOnline
Fiscalité du patrimoine
Fiscalité des entreprises
Transmission d’entreprises
Fiscalité internationale
E-fiscalité et Innovation
Fiscalité écologique
Outils fiscaux
On en parle
>Sources

Au 1er juillet de nouvelles règles faciliteront les aides publiques à la R&D et à l’innovation

Article de la rédaction du 26 mai 2014

Crédit photo : Andrey Armyagov - stock.adobe.com

L’Union européenne va permettre à ses États membres d’aider plus facilement les entreprises dans le cadre d’une réforme des règles visant à stimuler la croissance et à favoriser la recherche et l’innovation.

L’un des principaux objectifs de la réforme est de concentrer les ressources disponibles sur les enquêtes concernant les aides publiques (également appelées aides d’État) qui risquent le plus de nuire à la concurrence.

À l’avenir, les entreprises pourront bénéficier de différents types d’aides, d’un montant plus élevé et pour un éventail d’activités plus large, sans que leurs projets ne fassent l’objet d’un contrôle préalable par les autorités européennes.

Selon les estimations, ces nouvelles règles plus souples, qui réduiront le nombre de critères à prendre en considération pour déterminer si une notification officielle est nécessaire, devraient permettre aux États membres de ne plus notifier que 10 % à 25 % des aides d’État à la Commission, contre 40 % actuellement.

Environ trois quarts des aides d’État et deux tiers des subventions accordées actuellement seront exemptées de toute obligation de notification à la Commission, ce qui réduira les charges administratives qui pèsent sur les entreprises, les administrations nationales et l’UE elle-même.

En retour, les États membres devront publier en ligne les détails de toute aide financière de plus de 500 000 euros accordée par des organismes publics à des entreprises. Cela permettra aux autres pays, aux autres entreprises et aux citoyens d’exercer un contrôle sur les aides d’État dans l’ensemble de l’UE. Bon pour l’économie

La souplesse que donneront les nouvelles règles permettra aux États membres d’investir, par exemple, dans les pôles d’innovation, les infrastructures à haut débit ou la conservation du patrimoine culturel, dans la mesure où l’aide accordée vise clairement à créer des emplois ou à renforcer la compétitivité.

L’objectif est que les nouvelles règles contribuent à accroître les dépenses de R&D et d’innovation en Europe de 50 % d’ici 2020. L’UE investit actuellement quelque 2 % de son PIB dans ce secteur. En atteignant les 3 %, l’UE se hisserait au niveau des États-Unis et du Japon. Cette augmentation devrait également aider les entreprises à commercialiser de nouveaux produits et à créer des emplois.

Les nouvelles règles, qui entreront en vigueur le 1er juillet, font partie d’un ensemble plus large de mesures visant à accélérer le processus de prise de décision dans les affaires de concurrence. Ces dernières années, des règles spécifiques ont été introduites pour un large éventail de secteurs, allant du développement régional au financement des risques, en passant par les aéroports.

a lire aussiFiscalité communautaireBruxelles autorise un régime d'aides français de 3 Md€ pour soutenir les entreprises touchées par la pandémie de coronavirusBiodiversité et ressources naturellesAides d'État: Bruxelles autorise un régime français de 30,5 Md€ pour soutenir la production d'électricité à partir de sources d'énergie renouvelablesEvasion fiscaleLe tribunal de l'UE rejette la contestation par Nike de l'enquête sur les aides d'État en matière de prix de transfertFiscalité communautaireLe Conseil de l’Union européenne approuve le régime de l’octroi de mer pour la période 2022/2027Crédit impôt recherche-innovationChoisir entre le CIR ou l’IS : bien plus qu’une bataille d’acronymes, un choix stratégiqueFiscalité communautaireAides d'État : Bruxelles adopte de nouvelles lignes directrices concernant les aides d'État à finalité régionale