L'actualité fiscale en continu
FiscalOnline
Fiscalité du patrimoine
Fiscalité des entreprises
Transmission d’entreprises
Fiscalité internationale
E-fiscalité et Innovation
Fiscalité écologique
Outils fiscaux
On en parle
>Sources

Axelle Lemaire annonce le lancement d’une consultation « Les startups parlent à Bruxelles »

Structures Innovantes

Communiqué du 16 juin 2016

Crédit photo : peshkova - stock.adobe.com

La Commission européenne a lancé une consultation publique afin de recueillir des propositions pour améliorer l’environnement des start-ups. L’objectif de cette consultation, qui s’achève le 31 juillet 2016, est de préparer une communication sur une « Initiative Startups » pour la fin de l’année 2016.

Dans ce cadre, le Gouvernement prépare une série de propositions qui seront envoyées à la Commission Européenne.

Afin de mieux prendre en compte les besoins réels de nos innovateurs, Axelle LEMAIRE a souhaité co-construire ces propositions du Gouvernement avec les premiers concernés : les acteurs de la French Tech. C’est pourquoi elle lance aujourd’hui une consultation ouverte, accessible aux startups et à tous les acteurs des écosystèmes numériques, à l’adresse suivante :

Axelle LEMAIRE déclare :"L’innovation numérique, c’est aussi le changement des méthodes pour avoir des politiques publiques plus adaptées à celles et ceux qui en bénéficient. L’Europe représente le terrain de jeu pertinent des startups et il est crucial d’être à la hauteur de l’enjeu. J’ai une nouvelle fois souhaité travailler différemment, en invitant les premiers concernés à s’exprimer. A la différence de la consultation sur le projet de loi pour une République numérique, les participants ne seront pas invités à s’exprimer sur un texte déjà écrit. Nous leur proposons cette- fois-ci d’évaluer, d’enrichir, ou même de contester des idées, afin que les propositions du Gouvernement soient nourries par les entrepreneurs et les innovateurs de la French Tech".

Cette consultation nationale sera ouverte du 16 juin au 10 juillet 2016. Elle alimentera la position française qui sera transmise à la Commission Européenne avant le 31 juillet.