L'actualité fiscale en continu
FiscalOnline
Fiscalité du patrimoine
Fiscalité des entreprises
Transmission d’entreprises
Fiscalité internationale
E-fiscalité et Innovation
Fiscalité écologique
Outils fiscaux
On en parle
>Sources

Régularisation des avoirs à l’étranger : opportunité à saisir et vite !

Evasion fiscale
A propos de l'auteur Absoluce est un réseau de cabinets indépendants d’expertise comptable, d’audit et de conseil, qui offre une palette de services complète en comptabilité, fiscalité, juridique, social, systèmes d’information et accompagnement stratégique. Il compte 27 cabinets répartis sur toute la France et regroupe 750 collaborateurs, avec un chiffre d’affaires de 64 millions d’euros. Absoluce est membre d’INAA, association internationale qui regroupe des cabinets d’expertise comptable et d’auditeurs indépendants présents dans 50 pays dans le monde

Article d’Absoluce du 10 octobre 2017

Les conditions clémentes offertes par le service de traitement des déclarations rectificatives (STDR) dédié à la régularisation des avoirs non déclarés à l’étranger cesseront d’être appliquées pour tout dossier déposé après le 31 décembre 2017. Pour Michel Rave et Rudi Fievet, respectivement associé et fiscaliste chez Absoluce, il n’est plus temps d’hésiter.

La crise financière mettant à mal les budgets nationaux, les Etats, et l’Union européenne en particulier, ont entamé une lutte sans merci à l’encontre des paradis fiscaux qui abritent des richesses dissimulées au pouvoir taxateur. Sous la présidence Sarkozy fut ainsi constituée la cellule Woerth, ancêtre du STDR, moins efficace cependant qu’aujourd’hui, l’arsenal répressif étant alors bien moindre. Il n’a cessé de s’étoffer depuis.

C’est en juin 2013, sous François Hollande, que Bernard Cazeneuve, alors ministre du Budget, crée un régime de faveur pour les contribuables qui entament une démarche spontanée de régularisation. Ce régime a été ensuite perpétué et amendé par Michel Sapin.

Ce « cocktail », qui minore les pénalités fiscales et garantit une absence totale de poursuites pénales pour fraude fiscale, a séduit plus de 50 000 contribuables qui ont révélé plus de 30 milliards d’euros d’actifs à l’étranger et qui ont acquitté au passage près de 8 milliards d’euros d’impôts et de cotisations sociales rappelés, d’amendes, d’intérêts de retard et autres majorations.

Une possibilité de régulariser qui n’est pas une amnistie

Cependant, cette minoration des majorations s’est accompagnée de délais de prescription allongés, permettant au fisc de remonter jusqu’à 10 années en arrière. Si cadeau il y a, ce cadre n’est clairement pas une amnistie.

Cette cellule était nécessairement temporaire, du fait de la mise en place et de la montée en puissance progressive du mécanisme d’échange automatique de renseignements entre administrations fiscales. Dès 2018, un Etat sur deux dans le monde y procédera, marquant de fait la fin du secret bancaire.

Les retardataires n’ont plus que quelques semaines

Pour les retardataires, une dernière « sortie » est donc possible avant un péage confiscatoire.

Leur dossier de régularisation doit être déposé, complet, avec les déclarations rectificatives, les paiements correspondants et autres documents requis, au plus tard le 31 décembre 2017.

Attention, l’envoi d’une simple lettre d’intention nominative précisant la volonté de régulariser est insuffisante. Les dossiers déposés à cette échéance bénéficieront des conditions préférentielles, quand bien même leur traitement serait effectué courant 2018.

Il n’y a donc aucun intérêt à différer encore, puisqu’ensuite, il sera trop tard. Le maigre avantage de diminution des majorations sera supprimé, tandis que la prescription allongée demeurera, et que le fisc aura davantage de moyens pour révéler les avoirs non déclarés.

a lire aussiPrix de transfertL'activité de garantie du risque de crédit au profit de filiales étrangères à l'épreuve des prix de transfertEvasion fiscaleDélai de la déclaration des dispositifs transfrontières en cas de transfert de l'obligation déclarative : Bercy tire les conséquences de la jurisprudenceEvasion fiscaleModalités de déclaration auprès de l'administration des douanes des flux d'argent liquide entre la France et l'étrangerFiscalité communautaireLutte contre les pratiques fiscales abusives : Bruxelles lance l'observatoire européen de la fiscalitéContrôle et contentieuxCodification de l'autorisation du Gouvernement d'indemniser les aviseurs fiscauxContrôle et contentieuxPrécisions doctrinales relatives à l’obligation d'utilisation de logiciels ou systèmes de caisse sécurisés