L'actualité fiscale en continu
FiscalOnline
Fiscalité du patrimoine
Fiscalité des entreprises
Transmission d’entreprises
Fiscalité internationale
E-fiscalité et Innovation
Fiscalité écologique
Outils fiscaux
On en parle
>Sources

La taxe sur les matériels destinés à l’écoute de contenus sonores ne verra pas le jour

Suivi législatif

Article de la rédaction 11 novembre 2020

Dans le cadre des débats en séance publique sur le PLFR2020-IV les parlementaires viennent de rejeter un amendements de députés de la majorité visant à instituer une taxe dénommée « taxe sur les matériels destinés à l’écoute de contenus sonores »

Pour mémoire, les députés de la majorité ont déposé un amendement visant à créer une taxe sur les ventes françaises de matériels destinés à l’écoute de contenus sonores (enceintes connectées ou non, platines, casques d’écoute, chaines Hi-Fi) afin de corriger une anomalie, ce secteur bénéficiant de la création artistique sans participer à son financement.

Cette taxe codifiée à l’article l’article 302 KJ bis du CGI prévoit :

  • que la taxe est due par les entreprises, quel que soit leur lieu d’établissement, commercialisant en France des matériels destinés à l’écoute de contenus sonores selon une liste définie par décret en Conseil d’État.

  • que la taxe est assise sur le montant, hors taxe de la valeur ajoutée, des ventes de détails et de ventes en ligne des matériels visés à l’alinéa précédent.

  • que la taxe est calculée en appliquant un taux de 1 % à l’assiette visée au III.

  • que la taxe est exigible dans les mêmes conditions que celles applicables en matière de taxe sur la valeur ajoutée. Elle est constatée, liquidée, recouvrée et contrôlée selon les mêmes procédures et sous les mêmes sanctions, garanties, sûretés et privilèges que la taxe sur la valeur ajoutée. Les réclamations sont présentées, instruites et jugées selon les règles applicables à cette même taxe.

Dans l’exposé des motifs de leur amendement les députés précisent :

« Il s’agit en effet d’un marché dynamique (+ 14 % en deux ans), principalement porté pas des entreprises extra-européennes, qui représente 20 millions d’unités vendues et plus d’1,2Mds d’euros de Chiffre d’affaire TTC en 2019. L’assiette est suffisamment large pour appliquer un taux très faible (1%) afin de minimiser tout risque de répercussion sur le consommateur.

Les nouvelles recettes ainsi récoltées pourraient abonder, partiellement ou intégralement, le Centre National de la Musique compte tenu :

- Des difficultés financières de l’ensemble de la filière musicale et du spectacle vivant impactée par la crise sanitaire ;- De la baisse substantielle de perception de la taxe sur les spectacles de variétés qui participe directement à son financement ;

De la récente décision de la Cour de Justice de l’Union Européenne du 8 septembre 2020 sur les « irrépartissables juridiques » qui prive les organismes de gestion collective de près de 25M€ qui alimentaient l’aide à la création et dont une partie était susceptible d’abonder les futurs programmes d’aides du CNM ;Des interrogations sur son mode de financement pérenne à l’horizon 2022, à l’issue des aides sectorielles massives de l’Etat en 2020 et du Plan de relance 2021/2022 dont il est porteur et qui lui confère un rôle crucial et central en la matière. »

Sans surprise cet amendement a été rejeté comme d’ailleurs 531 autres amendements sur 540 déposés.

Source : Projet de Loi de Finances Rectificative pour 2020-IV

a lire aussiSuivi législatifLes députés ont adopté la première partie du PLF 2022Suivi législatifPLF2022 : Suite des amendements adoptés en séance publiqueSuivi législatifPLF2022 : Pourboires, revenu exceptionnel et FRUP à l'honneur en séance publiqueSuivi législatifLes principales mesures fiscales de la Loi de Finances Rectificative pour 2021Suivi législatifLe Sénat a adopté avec modifications le projet de loi de finances rectificative pour 2021Suivi législatifPLFR2021 : La commission des finances de l'Assemblée Nationale a adopté le projet de loi de finances rectificative