L'actualité fiscale en continu
FiscalOnline
Fiscalité du patrimoine
Fiscalité des entreprises
Transmission d’entreprises
Fiscalité internationale
E-fiscalité et Innovation
Fiscalité écologique
Outils fiscaux
On en parle
>Sources

Fiscalité des ports de plaisance et définition du poste d'amarrage

Article de la rédaction du 10 mars 2014

Crédit photo : Thomas Pajot - stock.adobe.com

L’article 37 de la loi de finances rectificative pour 2012 prévoit que la valeur locative des postes d’amarrage dans les ports de plaisance est fixée à compter de 2014 selon le tarif défini au III de l’article 1501 du CGI, à savoir :

  • 110 € pour les ports maritimes de la Méditerranée,

  • 80 € pour les autres ports maritimes

  • et 55 € pour les ports non maritimes.

Après avis des commissions communales et intercommunales des impôts directs, ces tarifs pourront être minorés ou majorés de 20 % ou de 40 % en fonction des services et des équipements offerts, selon des modalités fixées par un décret en Conseil d’État.

En proposant l’adoption de cette réforme au Parlement, le Gouvernement a souhaité moderniser et stabiliser les méthodes d’évaluation des valeurs locatives des ports de plaisance, qui déterminent l’assiette des impôts directs locaux. La concertation engagée avec la fédération des ports de plaisance sur le projet de décret d’application a abouti à un accord.

Ce décret précisera les critères de modulation des tarifs d’évaluation, qui tiendront compte de manière réaliste et adaptée des prestations et services offerts aux plaisanciers par les gestionnaires des ports.

Dans le cadre de cette démarche de concertation et pour laisser aux commissions locales le temps de déterminer les coefficients de modulation, l’article 91 de la loi de finances pour 2014 a repoussé d’un an l’entrée en vigueur des dispositions relatives à la valeur locative des postes d’amarrage dans les ports de plaisance de la loi de finances rectificative pour 2012.

a lire aussiCETTaxe foncière : revêt un caractère industriel l'établissement dont l’activité nécessite d’importants moyens techniquesImpôts FonciersLe dégrèvement de taxe foncière bénéficiant au bailleurs sociaux ayant exposé des dépenses de rénovation s’applique même si les travaux ont été facturés au taux normal de TVA