L'actualité fiscale en continu
FiscalOnline
Fiscalité du patrimoine
Fiscalité des entreprises
Transmission d’entreprises
Fiscalité internationale
E-fiscalité et Innovation
Fiscalité écologique
Outils fiscaux
On en parle
>Sources

La Corée et Israël leader mondiaux des dépenses de R&D

Crédit impôt recherche-innovation
A propos de l'auteur L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) est une organisation internationale qui œuvre pour la mise en place de politiques meilleures pour une vie meilleure. Notre objectif est de promouvoir des politiques publiques qui favorisent la prospérité, l’égalité des chances et le bien-être pour tous. Nous nous appuyons sur près de 60 ans d’expérience et de connaissances pour préparer le monde de demain. En étroite collaboration avec les pouvoirs publics, les acteurs économiques et sociaux ainsi que les représentants de la société civile, nous établissons des normes internationales et proposons des solutions fondées sur des données factuelles en réponse aux défis du monde d’aujourd’hui. De l'amélioration des performances économiques à la création d'emplois, de la promotion de systèmes éducatifs efficaces à la lutte contre l'évasion fiscale internationale, nous sommes un forum et un centre de connaissances uniques. Nous mettons des données, analyses et conseils sur les politiques publiques à la disposition des dirigeants tout en facilitant le partage d’expériences et de bonnes pratiques entre les pays et les acteurs du changement.

Communiqué du 4 février 2016

Selon les nouveaux chiffres de l’OCDE, la Corée et Israël investissent bien davantage, en pourcentage du PIB, dans la recherche-développement que les autres économies avancées, où parfois les investissements publics faiblissent, tandis que la Chine conforte son avance sur l’Europe, avec des dépenses de R-D en 2014 pour la première fois supérieures en valeur absolue.

Les données relatives aux dépenses intérieures brutes de R-D (DIRD) de 41 économies en 2014 – les Membres de l’OCDE, auxquels s’ajoutent l’Afrique du Sud, l’Argentine, la Chine, la Fédération de Russie, la Roumanie, Singapour et le Taipei chinois – montrent que la Corée a consacré 4.29 % de son PIB à la R-D, suivie par Israël (4.11 %). Avec 3.58 %, le Japon arrive en troisième position.

La Chine a investi 2.05 % de son PIB dans la R-D, dépassant ainsi l’objectif de 2 % fixé dans son plan économique 2006-10. Les dépenses de l’UE-28 représentent en moyenne 1.94 % du PIB, bien en-deçà de l’objectif de la zone de consacrer 3 % du PIB à la R-D d’ici 2020.

Pour donner une indication des dernières tendances, les données budgétaires provisoires pour 2015 dans 19 pays montrent, à nouveau, un ralentissement des dépenses publiques de R-D dans les économies avancées, après une brève stabilisation en 2014. Les chiffres ne tiennent pas compte des coûts (hors budget) des incitations fiscales qui peuvent exister en faveur de la R-D des entreprises et qui ont augmenté en volume dans un certain nombre de pays, mais pas toujours suffisamment pour compenser les réductions budgétaires. Dans les deux tiers des pays pour lesquels on dispose de données pour 2015, les crédits publics en faveur de la R-D ont diminué en termes réels. Le montant total estimé pour la zone a baissé de 1.3 %.

Source : OCDE

a lire aussiCrédit impôt recherche-innovationChoisir entre le CIR ou l’IS : bien plus qu’une bataille d’acronymes, un choix stratégique