L'actualité fiscale en continu
FiscalOnline
Fiscalité du patrimoine
Fiscalité des entreprises
Transmission d’entreprises
Fiscalité internationale
E-fiscalité et Innovation
Fiscalité écologique
Outils fiscaux
On en parle
>Sources

Plus-values mobilières et complément de prix : le Conseil d'Etat annule la doctrine BOFIP

Plus-values mobilières

Article de la rédaction du 19 septembre 2016

Crédit photo : iQoncept - stock.adobe.com

Dans une décision en date du 19 septembre 2016, le Conseil d’Etat a décidé que le paragraphe 60 de l’instruction BOI-RPPM-PVBMI-20-20-10 et le paragraphe 80 de l’instruction BOI-RPPM-PVBMI-20-20-20-10 publiées le 20 mars 2015 étaient annulés.

Rappelons que le Conseil Constitutionnel dans une décision en date du 14 janvier 2016 (décision n° 2015-515) a autorisé l’application des abattements pour durée de détention aux compléments de prix attachés aux cessions réalisées avant le 1er janvier 2013 qui pouvaient jusqu’alors subir une imposition maximale de 64,5%.

En pratique, en effet, les compléments de prix versés à compter du 1er janvier 2013 en exécution d’un contrat de cession réalisée, elle, avant le 1er janvier 2013 ne pouvaient bénéficier de l’abattement pour durée de détention dans la mesure où l’époque le régime applicable à la cession ne prévoyait pas d’abattement pour durée de détention.

Cette absence de prise en compte de la durée de détention des titres cédés avant le 1er janvier 2013 a fait l’objet d’une question prioritaire de constitutionnalité.

Le Conseil Constitutionnel dans sa décision 2015-515 du 14 janvier 2016, jugeant que cette différence de traitement créait une rupture d’égalité devant les charges publiques non justifiée par l’objectif poursuivi par le législateur, a mis fin à ce traitement différencié des earn-out selon la date à laquelle la cession est intervenue.

Le Conseil d’Etat vient de juger qu’en réservant l’application de l’abattement pour durée de détention aux seuls compléments de prix afférents à une cession dont les gains ont effectivement bénéficié d’un tel abattement, les paragraphes :

  • 60 de l’instruction BOI-RPPM-PVBMI-20-20-10 publiée le 20 mars 2015 au BOFIP-impôts

  • 80 de l’instruction BOI-RPPM-PVBMI-20-20-20-10 publiée le même jour

méconnaissaient les dispositions de l’article 150-0 D-1 al.3 du CGI.

Partant, la Haute juridiction administrative a décidé d’annuler cette doctrine BOFIP précitée.

a lire aussiPlus-values mobilièresPlus-value mobilière : l'abattement renforcé implique une autonomie réelle de la société émettrice des titres cédésPlus-values mobilièresCession de valeurs mobilières : le gain ou la perte de change constitue une composante de la plus ou moins-value réaliséeImpôt sur le revenuLes gains tirés des «Management package» doivent être imposés comme un salaire s’ils sont liés à l’exercice des fonctionsPlus-values mobilièresPlus-value mobilière de cession simultanée de titres dont la propriété est démembrée : quid du redevable de l'imposition ?