L'actualité fiscale en continu
FiscalOnline
Fiscalité du patrimoine
Fiscalité des entreprises
Transmission d’entreprises
Fiscalité internationale
E-fiscalité et Innovation
Fiscalité écologique
Outils fiscaux
On en parle
>Sources

France Biotech déplore la remise en cause et le durcissement de la fiscalité sur les actions gratuites

Produits financiers
A propos de l'auteur France Biotech est l’association des entrepreneurs français en sciences de la vie et de leurs partenaires experts. France Biotech a pour mission de soutenir le développement de l’innovation santé, notamment grâce à un terrain législatif et fiscal favorable. Depuis 1997, nous accompagnons les entrepreneurs de l’innovation en sciences de la vie et avons contribué à créer une nouvelle industrie à part entière. Aujourd’hui, nos entreprises innovantes sont reconnues pour leur dynamisme, leurs innovations, ainsi que pour la création de valeur, d’emplois et de croissance économique qu’elles génèrent en France. A l’origine du statut de Jeune Entreprise Innovante (JEI) mis en place lors de la Loi de Finances de 2004, France Biotech milite pour que la recherche et l’innovation française en sciences de la vie puissent faire naître et grandir des entreprises françaises performantes, créatrices d’emplois et figurant parmi les leaders mondiaux.

Article de la rédaction du 21 octobre 2016

Les actions gratuites sont ramenées sous le régime de l’impôt sur le revenu et non plus sous celui des plus-values mobilières et la contribution patronale est relevée de 20% à 30%.

France Biotech, l’association des entrepreneurs en Biotechnologie et Sciences de la vie, (www.france-biotech.org), déplore l’adoption par les députés d’une disposition revenant sur l’allègement des prélèvements sur la distribution d’actions gratuites mis en place par la loi Macron d’août 2015.

« Nous regrettons vivement ce retournement de situation et ce durcissement de fiscalité pour les actions gratuites. Aujourd’hui, l’Attribution Gratuite d’Actions (AGA) fait partie intégrante des moyens à la disposition de nombreuses PME innovantes, dont font partie nos sociétés des sciences de la vie, pour rémunérer, motiver et fidéliser leurs salariés. Seulement quelques mois après l’entrée en vigueur des allègements concernant les AGA, les députés font marche arrière…​ Cette situation souligne le manque de stabilité de notre fiscalité et l’incompréhension des politiques quant aux besoins des PME innovantes pour pouvoir attirer des talents et les garder ! Nous demandons au gouvernement de faire preuve de fermeté et de revenir sur cet amendement au cours d’une nouvelle délibération », souligne Maryvonne Hiance, Présidente de France Biotech.»