L'actualité fiscale en continu
FiscalOnline
Fiscalité du patrimoine
Fiscalité des entreprises
Transmission d’entreprises
Fiscalité internationale
E-fiscalité et Innovation
Fiscalité écologique
Outils fiscaux
On en parle
>Sources

Précisions relatives au rappel fiscal des donations antérieures

Droits de mutation

Article de la rédaction du 12 avril 2016

Crédit photo : JPC-PROD - stock.adobe.com

La règle du «rappel fiscal» des donations est actuellement régie par l’article 784 du CGI. En application de cette règle les héritiers, légataires ou personnes bénéficiaires d’une donation sont tenus de faire connaître dans toute déclaration de succession ou d’acte de donation les donations antérieures qui leur ont été déjà consenties par le défunt (ou le donateur).

La seconde loi de finances rectificative pour 2012 a :

  • porté de dix à quinze ans le délai du rappel fiscal des donations consenties entre les mêmes personnes

  • et fixé à quinze ans le délai de rappel applicable en matière de donation et de donation-partage transgénérationnelles ainsi, d’une part, qu’aux transmissions de parts de GFA, de GAF et de biens ruraux donnés à bail à long terme ou à bail cessible, d’autre part qu’au délai de renouvellement de la limite d’exonération des dons familiaux de sommes d’argent.

Pour mémoire, l’article 8 de la loi de finances pour 2006 avait modifié l’article 784 en réduisant de dix à six ans le délai au-delà duquel les donations antérieures sont dispensées de rappel fiscal. L’article 7 de la première loi de finances rectificative pour 2011 du 29 juillet 2011 avait quant à lui porté de six à dix ans le délai au-delà duquel les donations antérieures sont dispensées de rapport fiscal.

Dans le cadre d’une mise à jour de la base BOFIP-Impôt l’administration vient d’apporter des précisions« concernant l’assiette taxable à retenir en présence d’une donation antérieure en avancement d’hoirie qui excède la part du donataire dans la succession.»

«Par ailleurs, le BOI-ENR-DMTG-10-50-50 fait l’objet d’une actualisation, et des exemples nouveaux sont insérés pour illustrer le mode de liquidation des droits en cas de mutations successives intervenues entre les mêmes personnes. Un de ces exemples présente l’hypothèse d’une donation en avancement d’hoirie excédant la part du donataire dans la succession du donateur.»

a lire aussiPlus-values immobilièresExonération de plus-value au titre de la résidence principale : la loi n'impose pas de durée minimale d’occupation avant la cessionPlus-values immobilièresLe Gouvernement interrogé sur le calcul de la plus-value immobilière de l'usufruitier successifPlus-values professionnellesExonération des plus-values professionnelles en report suite à donation (151 nonies du CGI) : précision concernant la fonction de directionContrôle et contentieuxTaxation d'office des profits de construction : mise en demeure et déclaration de plus-value immobilièreContrôle et contentieuxApport-donation : de la fictivité de la SCI titulaire de la seule nue-propriété d'un bien immobilierPlus-values immobilièresPlus-value et exonération résidence principale : le diable se niche dans les détails