L'actualité fiscale en continu
FiscalOnline
Fiscalité du patrimoine
Fiscalité des entreprises
Transmission d’entreprises
Fiscalité internationale
E-fiscalité et Innovation
Fiscalité écologique
Outils fiscaux
On en parle
>Sources

Holdings animatrices : une avancée jurisprudentielle importante

Impôt sur la fortune
A propos de l'auteur Baker Tilly France est un réseau fédéraliste de 37 cabinets indépendants répartis sur l’ensemble du territoire français, dans les départements d’Outre-Mer (Guadeloupe et Réunion) et dans la plupart des pays d’Afrique francophone (Algérie, Bénin, Cameroun, Côte d’Ivoire, Gabon, Maroc, Tunisie, Madagascar et Sénégal) - date de création : 1974 - 135 associés et 1200 collaborateurs - un siège basé à Paris avec une équipe de permanents - chiffre d’affaires : 110 millions d’euros Baker Tilly France est membre de Baker Tilly International. Pour la nouvelle année 2018, Baker Tilly France a fait peau neuve, et a changé de nom et de logo. Le réseau est devenu Walter France.

Communiqué de Baker Tilly France du 19 juin 2017

Une participation minoritaire ne remet pas en cause le statut de holding animatrice. Commentaires du groupe de travail fiscal de Baker Tilly France.

Les titres de société holding animatrice peuvent être exonérés d’ISF en tant que biens professionnels.

Mais le fisc interprétait de manière restrictive cette notion en exigeant de la holding une animation effective de toutes ses filiales. Autrement dit, elle considérait que le simple fait de ne pas animer une seule participation - si minime soit-elle - était de nature à requalifier intégralement la société en holding pure, et par suite à remettre en cause l’exonération, soit une situation qu’il n’est pas rare de voir en pratique…​

Cette doctrine informelle avait été mise à mal par une décision du tribunal de grande instance de Paris qui avait jugé que le seul fait, pour une société dont l’activité principale est l’animation effective de l’ensemble de ses filiales sous contrôle effectif, de posséder également une participation minoritaire dans une société dont elle n’assure pas l’animation, n’est pas de nature à remettre en cause sa qualité de holding animatrice (TGI Paris 11-12-2014 n° 13/06969 : RJF 4/15 n° 369).

L’administration ayant fait appel de ce jugement, la décision de la cour d’appel de Paris était particulièrement attendue des praticiens, unanimement hostiles à la position de l’administration.

La cour (CA Paris 27 mars 2017 n° 15/02544) a opportunément confirmer la solution, estimant que le fait pour une société holding de détenir de manière résiduelle une participation minoritaire dans une autre société n’est pas susceptible de lui retirer son statut de holding animatrice.

Est ainsi confirmée l’exonération totale d’ISF au titre des biens professionnels de la quote-part de valeur des titres de la société holding correspondant à ses participations dans les filiales animées.

a lire aussiImpôt sur la fortuneHolding : la preuve de la matérialité du caractère animateur s’apprécie au plus tard au jour du fait générateur de l’impôtImpôt sur la fortuneHolding animatrice : de la preuve de la prépondérance de l'activité commerciale en cas de cession des sociétés opérationnellesImpôt sur la fortuneHolding et caractère effectif de l’animation : il faut avoir les moyens de son ambitionImpôt sur les sociétésLa Holding animatrice à l'épreuve du transfert des déficits sur agrément en cas de fusionDroits de mutation et DutreilDutreil et Holding animatrice : attention à la rédaction des conventionsImpôt sur la fortuneHolding : l'animation résulte non de la mise en place de moyens mais de leur mise en oeuvre concrète