L'actualité fiscale en continu
FiscalOnline
Fiscalité du patrimoine
Fiscalité des entreprises
Transmission d’entreprises
Fiscalité internationale
E-fiscalité et Innovation
Fiscalité écologique
Outils fiscaux
On en parle
>Sources

Prélèvement à la source de l'impôt : les mesures transitoires

Impôt sur le revenu

Article de la rédaction du 1er août 2018

Bercy commente les mesures accompagnant l’institution du prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu.

Pour mémoire, l’article 60 modifié de la loi n° 2016-1917 du 29 décembre 2016, de finances pour 2017 instaure, à compter du 1er janvier 2019, un prélèvement afférent à l’impôt sur le revenu, contemporain de la perception des revenus, appelé « prélèvement à la source ».

Ce prélèvement, qui ne modifie pas les règles de calcul de l’impôt sur le revenu, supprime le décalage d’une année existant entre la perception des revenus et le paiement de l’impôt sur le revenu correspondant.

L’institution du prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu s’accompagne demesures transitoires : l’institution d’un crédit d’impôt pour la modernisation du recouvrement (CIMR) et la définition des revenus dits "exceptionnels" qui en sont exclus, et de diverses règles dérogatoires.

Dans le cadre d’une nouvelle mise à jour de la base BOFIP-Impôt Bercy apporte des précisions relativement à ces mesures transitoires et notamment sur :

  • les revenus non exceptionnels ouvrant droit au bénéfice du crédit d’impôt pour la modernisation du recouvrement (CIMR) imposables suivant les règles applicables aux salaires, aux pensions ou aux rentes viagères BOI-IR-PAS-50-10-20-10-20180801 ;

  • les revenus non exceptionnels ouvrant droit au bénéfice du CIMR relevant de la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux, des bénéfices non commerciaux et des bénéfices agricoles BOI-IR-PAS-50-10-20-20-20180801 ;

  • les revenus non exceptionnels ouvrant droit au bénéfice du CIMR des dirigeants de sociétés BOI-IR-PAS-50-10-20-30-20180801

a lire aussiImpôt sur le revenuPAS : application du CIMR à l'imposition des revenus non exceptionnels des "primo-défaillants"