L'actualité fiscale en continu
FiscalOnline
Fiscalité du patrimoine
Fiscalité des entreprises
Transmission d’entreprises
Fiscalité internationale
E-fiscalité et Innovation
Fiscalité écologique
Outils fiscaux
On en parle
>Sources

Prise en compte des droits de mutation à titre gratuit dans le cadre du calcul des plus-values immobilières

Plus-values immobilières

Article de la rédaction du 5 juillet 2004

Crédit photo : wutzkoh - stock.adobe.com

Question

Mme Martine Aurillac avait par une question en date du 16 mars 2004, appelé l’attention du ministre délégué au budget et à la réforme budgétaire sur la réforme du calcul des plus values immobilières instituée par la loi de finances 2004 et plus particulièrement sur la prise en compte des droits de donation en cas de transmission de bien à titre gratuit. Selon les textes désormais en vigueur, il est précisé que les droits de mutation supportés par le donateur pour le compte du donataire ne peuvent s’ajouter au prix d’acquisition.

Or, dans presque toutes les donations effectuées, c’est presque toujours le donateur qui supporte les frais, ce qui semble logique autant du point de vue fiscal que patrimonial.

Néanmoins, elle lui demandait s’il ne serait pas possible, dans le cadre de la pérennisation de cette réforme, de définir par décret la prise en compte des droits de donation ou de mutation pour le calcul de la plus-value immobilière qu’ils aient été payés par le donataire ou par le donateur comme c’est presque toujours le cas.

Réponse du ministre

Pour la détermination de la plus-value immobilière imposable réalisée par les particuliers, les frais afférents à l’acquisition à titre gratuit du bien ou du droit cédé, qui viennent en majoration du prix d’acquisition, doivent avoir été effectivement sup portés par le cédant.

Lorsque l’immeuble ou le droit portant sur cet immeuble a été acquis par voie de donation, seuls les droits de mutation payés par le cédant et afférents à ce bien ou droit, sont retenus pour le calcul de la plus-value conformément au 1° de l’article 41 duovicies I de l’annexe III au CGI.

Il n’est pas envisagé de prendre en compte les droits de mutation payés par le précédent propriétaire, donateur du bien, dès lors que ces dépenses n’ont aucune incidence sur le montant de la plus-value effectivem ent réalisée par le contribuable, donataire du bien.

a lire aussiPlus-values immobilièresExonération de plus-value au titre de la résidence principale : la loi n'impose pas de durée minimale d’occupation avant la cessionPlus-values immobilièresLe Gouvernement interrogé sur le calcul de la plus-value immobilière de l'usufruitier successifContrôle et contentieuxTaxation d'office des profits de construction : mise en demeure et déclaration de plus-value immobilièrePlus-values immobilièresPlus-value et exonération résidence principale : le diable se niche dans les détailsPlus-values immobilièresPlus-value : la détention d’un droit démembré sur un bien affecté à la résidence principale prive le cédant de l'exonération « résidence secondaire »Plus-values immobilièresBercy commente la prorogation de l'exonération d'impôt au titre de la cession d'un droit de surélévation