L'actualité fiscale en continu
FiscalOnline
Fiscalité du patrimoine
Fiscalité des entreprises
Transmission d’entreprises
Fiscalité internationale
E-fiscalité et Innovation
Fiscalité écologique
Outils fiscaux
On en parle
>Sources

Bruxelles ouvre une enquête approfondie sur le régime fiscal britannique accordé aux multinationales

Article de la rédaction du 26 octobre 2017

La Commission européenne a ouvert une enquête approfondie portant sur un régime britannique en vertu duquel certaines opérations des groupes multinationaux sont exemptées de l’application des règles britanniques de lutte contre l’évasion fiscale. La Commission examinera si le régime permet à ces multinationales de payer moins d’impôts au Royaume-Uni, en violation des règles de l’UE en matière d’aides d’État.

Les règles britanniques sur les sociétés étrangères contrôlées (SEC) ont pour objectif général d’empêcher les sociétés du Royaume-Uni d’utiliser une filiale située dans un pays à la fiscalité faible ou nulle pour éluder l’impôt au Royaume-Uni. Elles permettent notamment à l’administration fiscale britannique de réaffecter à la société mère britannique tous les bénéfices transférés artificiellement vers une filiale offshore et donc de les taxer en conséquence. Les règles générales sur les SEC sont un outil efficace et important de nombreux systèmes fiscaux pour lutter contre l’évasion fiscale.

Toutefois, depuis 2013, les règles britanniques sur les SEC prévoient une exception pour certains revenus de financement (paiements des intérêts perçus sur les prêts) de groupes multinationaux présents au Royaume-Uni - l’exemption sur le financement des groupes (Group Financing Exemption). De manière générale, les multinationales utilisent souvent les revenus de financement comme moyen de transfert des bénéfices, compte tenu de la mobilité des capitaux.

L’exemption britannique sur le financement des groupes exempte de toute réaffectation au Royaume-Uni, et donc d’imposition sur son territoire, les revenus de financement perçus par la filiale offshore auprès d’une autre société étrangère du groupe.

Une multinationale présente au Royaume-Uni peut donc financer une société étrangère du groupe au travers d’une filiale offshore. Grâce à l’exemption, elle paie peu voire pas d’impôts sur les bénéfices générés par ces opérations, car:

  • la filiale offshore paie peu ou pas d’impôts sur les revenus de financement dans le pays où elle est établie;

  • et les revenus de financement de la filiale offshore ne sont pas non plus réaffectés (ou seulement de manière partielle) au Royaume-Uni pour y être taxés, compte tenu de l’exemption. Par ailleurs, les règles sur les SEC réaffectent vers le Royaume-Uni, en vue de leur imposition, d’autres revenus transférés artificiellement vers des filiales offshore de sociétés mères britanniques.

L’enquête de la Commission en matière d’aides d’État ne remet pas en cause le droit du Royaume-Uni d’introduire des règles sur les SEC ou de déterminer le niveau adéquat d’imposition. Le contrôle des aides d’État dans l’UE a pour but de veiller à ce que les États membres n’accordent pas à certaines sociétés un meilleur traitement fiscal qu’à d’autres. La jurisprudence des juridictions de l’UE énonce clairement qu’une exemption à une disposition visant à lutter contre l’évasion fiscale peut constituer un avantage sélectif de ce type.

Margrethe Vestager, commissaire chargée de la politique de la concurrence, a déclaré ce qui suit:

Toutes les sociétés doivent payer leur juste part de l’impôt et, à cet égard, les règles de lutte contre l’évasion fiscale jouent un rôle important. Mais ces règles ne peuvent pas desservir l’objectif poursuivi en réservant un traitement plus favorable à certaines sociétés. C’est la raison pour laquelle nous allons examiner attentivement une exemption aux règles britanniques de lutte contre l’évasion fiscale appliquée à certaines opérations de multinationales, afin de nous assurer qu’elle ne viole pas les règles de l’UE en matière d’aides d’État.

À ce stade, la Commission se demande si l’exemption sur le financement des groupes respecte les règles de l’UE en matière d’aides d’État. Elle s’interroge en particulier sur la conformité de cette exemption avec l’objectif général des règles britanniques sur les SEC. L’ouverture d’une enquête approfondie donne au Royaume-Uni et aux tiers intéressés l’occasion de présenter leurs observations. Elle ne préjuge en rien de l’issue de l’enquête.

a lire aussiEvasion fiscaleListe des Etats ayant conclu avec la France une convention d'assistance administrative en vue de lutter contre la fraude et l'évasion fiscales qui permet l'accès aux renseignements bancairesFiscalité communautaireBruxelles autorise un régime d'aides français de 3 Md€ pour soutenir les entreprises touchées par la pandémie de coronavirusBiodiversité et ressources naturellesAides d'État: Bruxelles autorise un régime français de 30,5 Md€ pour soutenir la production d'électricité à partir de sources d'énergie renouvelablesPrix de transfertL'activité de garantie du risque de crédit au profit de filiales étrangères à l'épreuve des prix de transfertEvasion fiscaleDélai de la déclaration des dispositifs transfrontières en cas de transfert de l'obligation déclarative : Bercy tire les conséquences de la jurisprudenceEvasion fiscaleLe tribunal de l'UE rejette la contestation par Nike de l'enquête sur les aides d'État en matière de prix de transfert