L'actualité fiscale en continu
FiscalOnline
Fiscalité du patrimoine
Fiscalité des entreprises
Transmission d’entreprises
Fiscalité internationale
E-fiscalité et Innovation
Fiscalité écologique
Outils fiscaux
On en parle
>Sources

Le seuil de déclaration commissions, courtages, honoraires et autres est doublé

Article de la rédaction du 1er avril 2015

Crédit photo : vegefox.com - stock.adobe.com

L’article 240 du CGI fait obligation aux personnes physiques et aux personnes morales de déclarer annuellement les commissions, courtages, ristournes, vacations, honoraires, gratifications et autres rémunérations de même nature versés à des tiers.

Toutes les personnes physiques qui, à l’occasion de l’exercice d’une activité professionnelle, paient des rémunérations de la nature de celles visées à l’article 240 du CGI sont tenues d’en faire la déclaration.

En outre, cette déclaration doit être souscrite même lorsque les bénéficiaires des rémunérations en cause sont des salariés de la partie versante.

A compter des revenus 2007 déclarés en 2008 jusqu’aux revenus 2013 déclarés en 2014, seules sont portées sur la déclaration les sommes supérieures à 600 € versées par an pour un même bénéficiaire.

A compter des revenus 2014 déclarés en 2015, seules sont portées sur la déclaration les sommes supérieures à 1 200 € versées par an pour un même bénéficiaire.

Ces précisions soumises à consultation publique ont été intégrées dans la base BOFIP-Impôt

a lire aussiRevenus professionnelsMarchand de biens : le fait que le terrain n’était pas constructible lors de son acquisition n’est pas de nature à démentir l’intention spéculativeRevenus professionnelsOpération qualifiée de marchand de biens : ces indices qui mis bout à bout font pencher la balanceRevenus professionnelsModalités d'application du plafonnement de l'abattement sur les bénéfices réalisés en ZFANG dans les DOM au regard du droit de l'UETVACession d'un terrain divisé en lots : l'imposition en BIC n'implique pas automatiquement l'assujettissement à la TVATVAUne vente immobilière peut revêtir un caractère patrimonial  au sens des impôts directs et être assujettie à TVA