L'actualité fiscale en continu
FiscalOnline
Fiscalité du patrimoine
Fiscalité des entreprises
Transmission d’entreprises
Fiscalité internationale
E-fiscalité et Innovation
Fiscalité écologique
Outils fiscaux
On en parle
>Sources

La concurrence fiscale et l'entreprise

Impôt sur les sociétés

Article de la rédaction du 4 octobre 2004

Alors que la liberté de circulation des capitaux, des biens, des prestations de service et des travailleurs s’accroît sous l’effet de la globalisation de l’économie, les Etats maintiennent des systèmes fiscaux nationaux différents condamnés à coexister.

S’ils sont rationnels, les agents économiques cherchent, lorsqu’ils en ont la possibilité, à être taxés dans les zones où la fiscalité est la plus faible.

Tout se passe alors comme si les systèmes fiscaux des Etats étaient plus ou moins directement mis en concurrence par les acteurs qui cherchent à minimiser leur impôt : entreprises, salariés, détenteurs de capitaux.

Pour éviter la fuite vers d’autres pays des éléments sur lesquels est assis l’impôt, les Etats seraient contraints de réagir :

  • soit en coordonnant davantage leurs politiques fiscales,

  • soit en modifiant unilatéralement leur système fiscal afin d’attirer ou de retenir ces bases imposables.

Dès lors, les choix des Etats en matière d’imposition, à l’origine souverains, sont aujourd’hui mutuellement contraints.

Telle est, résumée à grands traits, la problématique de la concurrence fiscale telle qu’elle est présentée à l’ordinaire.

Elle a donné lieu à de nombreux travaux, qui se sont efforcés de préciser le poids comparé de certains aspects de la fiscalité en France par rapport à d’autres pays, ou de caractériser le lien entre la pression fiscale et certains indicateurs de la localisation des bases imposables.

A l’occasion de son XXIIème rapport, le Conseil des impôts a souhaité contribuer à ce débat.

En amont, il apparaît nécessaire d’identifier plus précisément les mécanismes de la concurrence fiscale et l’ampleur de leurs manifestations.

En aval, il s’agit, une fois connue l’ampleur des phénomènes, de progresser dans la connaissance des possibilités des Etats pour les réguler.

a lire aussiImpôt sur le revenuLa fiscalité des dons en faveur des associations : les 3 recommandations de la Cour des Comptes