L'actualité fiscale en continu
FiscalOnline
Fiscalité du patrimoine
Fiscalité des entreprises
Transmission d’entreprises
Fiscalité internationale
E-fiscalité et Innovation
Fiscalité écologique
Outils fiscaux
On en parle
>Sources

Les avocats ne pourront jamais être remplacés par les legalstartup

Economie

Entretien avec Maître Eve d’ONORIO di MEO

Innovation juridique et avocats :

Le Cabinet D’ONORIO DI MEO remporte le Prix du Public 2016 de l’Innovation des Avocats Relation Clients

Un Cabinet d’Avocat Fiscaliste gagne le Prix du Public 2016 de l’Innovation des Avocats en relation Clients pour son offre fiscale innovante dédiée aux non-résidents ETaxfrance

En octobre 2015, un cabinet d’avocat spécialiste en Droit Fiscal a lancé un site web d’information et d’assistancewww.donorio.etaxfrance.com permettant aux non-résidents fiscaux d’obtenir le remboursement des prélèvements sociaux et autres impôts versés au titre des revenus du patrimoine. Récemment, le site a évolué et une V2 est en ligne avec de nouveaux services fiscaux dédiés aux non-résidents (Déclarations fiscales, Conseils fiscaux en investissement immobilier ou en transmission de patrimoine en matière internationale)

L’action est coordonnée par un cabinet d’avocat spécialiste en fiscalité internationale, le cabinet D’ONORIO DI MEO – Juridique & Fiscal, dirigé par Maître Eve d’ONORIO di MEO, avocat fiscaliste reconnu dans la matière.

Le Cabinet a remporté le Prix du Public 2016 de l’Innovation des Avocats Relation Clients organisé par le site Village de la Justice. L’innovation a largement été plébiscitée par le public avec plus de 400 votes, ce qui laisse penser que la fiscalité en ligne a son avenir sur la toile.

L’innovation, c’est avant tout oser bouger les lignes et aller au-devant des clients, et ce quel que soit les outils technologiques utilisés, pour garantir un meilleur accès au droit. Pour la plateforme ETaxFrance, il s’agissait avant tout de donner de l’information, être transparent sur les honoraires, créer le besoin et donner l’envie au Client éloigné de France de rentrer en contact avec un avocat fiscaliste pour assurer la défense de ses droits.

  • Fiscalonline : Votre cabinet a remporté le Prix du Public 2016 de l’Innovation Juridique des Avocats. Que représente ce prix pour vous ?

  • Eve d’ONORIO di MEO : Tout d’abord, ce prix a été l’occasion de vivre un partage d’expériences avec mes confrères candidats, chacun ayant innover avec des outils différents dans son propre domaine d’intervention.

Ensuite, ce prix est l’occasion de faire savoir au public que les avocats peuvent innover et être modernes, et ce quel que soit la matière.

Enfin, et à titre personnel, ce prix est pour moi la récompense du public à un avocat qui a su adapter son offre aux besoins. Pour la plateforme ETaxFrance, il s’agissait avant tout de donner de l’information, être transparent sur les honoraires qui suscitent souvent l’angoisse des clients, créer le besoin et donner l’envie au Client de rentrer en contact avec un avocat fiscaliste pour assurer la défense de ses droits.

Je remercie donc vivement le public d’avoir encouragé l’initiative du cabinet.

  • Fiscalonline : Qu’est-ce qui d’après vous a fait la différence ?

  • Eve d’ONORIO di MEO : Toutes les offres des avocats candidats étaient aussi innovantes les unes que les autres, avec un dénominateur commun qui est l’accès au droit facilité par les nouvelles technologies.

Ce qui a pu faire la différence est sans doute la sensibilisation du public à une plateforme basée avant tout sur l’information avant de proposer une assistance. On peut aussi penser que la matière fiscale est un sujet qui sensibilise le public dans le contexte actuel. Cela révèle alors sans doute un intérêt du public pour la fiscalité en ligne.

  • Fiscalonline : Le droit est-il aujourd’hui obligatoirement synonyme d’innovation ?

  • Eve d’ONORIO di MEO : A mon sens, le droit n’est pas obligatoirement synonyme d’innovation mais il est vrai que l’avocat doit innover et se rendre plus accessible au public. Pour cela, il doit utiliser les outils que le monde numérique met à notre disposition pour être au plus proche de son client. Cela peut prendre diverses formes (site internet, click to chat, call to action, application mobile, espace client sur le site, ….).

  • Fiscalonline : Que répondez-vous à ceux qui parlent d’Uberisation des professions juridiques ?

  • Eve d’ONORIO di MEO :L’ubérisation consiste à utiliser des services permettant aux professionnels et aux clients de se mettre en contact direct, de manière quasi-instantanée, grâce à l’utilisation des nouvelles technologies en s’inscrivant dans le cadre de l’économie collaborative. Ainsi, grâce à de nouveaux modes de partage, d’échange et de location permis par Internet, les particuliers peuvent collaborer entre eux et y trouver une source de rémunération. Le vieux modèle de l’économie « traditionnelle » est alors remis en cause, comme UBER qui menace l’activité des taxis traditionnels ou encore le modèle BlaBlaCar qui pourrait uberiser la SNCF.

En matière juridique, les legal start up peuvent tenter de combler un manque dans le secteur du droit pour faciliter et démocratiser l’accès à la justice pour tous les usagers, mais elles ne pourront jamais exercer le droit ou remplacer les avocats.

Les avocats, en tant que profession réglementée, bénéficient d’une exclusivité pour la pratique de certaines activités : notamment le conseil juridique, la rédaction de documents juridiques, mais aussi la représentation en justice quand celle-ci est obligatoire. Ils donnent aussi une garantie au public conformément à notre déontologie en matière de conflit d’intérêts, secret professionnel notamment.

Ainsi, les avocats ne pourront jamais être remplacés par les legalstartup. La plupart de ces start-up ont besoin des avocats pour fonctionner : elles peuvent permettre à l’usager de réaliser un document juridique en ligne, mais ne peuvent pas le conseiller en la matière. Travailler ensemble est peut être la meilleure des réponses.

  • Fiscalonline : Comment voyez vous l’avenir ?

  • Eve d’ONORIO di MEO :Concernant le profession d’avocat de manière générale, je pense qu’elle a incontestablement besoin d’évoluer si elle veut continuer d’exister dans le nouveau monde numérique où l’instantanéité est de mise. Toutefois, cette adaptation doit se faire dans le respect de nos règles déontologiques au risque d’être dénuée de nos belles valeurs.

Thierry WICKERS dans son ouvrage « La Grande Transformation des avocats » cite un extrait du « Discours sur l’inégalité » de Jean Jacques ROUSSEAU : "Ainsi devenus pauvres sans avoir rien perdu, simplement parce que tout changeait autour d’eux et qu’eux n’avaient point changé."

Les avocats doivent donc aujourd’hui s’adapter au monde qui change en osant, en innovant, en allant au-devant du public. L’avocat doit aussi garantir l’une de ses missions qui est l’accès au droit.

A titre plus personnel, EtaxFrance est le début d’une belle aventure. Le site a déjà évolué pour devenir un portail d’information et d’assistance fiscale pour les non-résidents avec de nouveaux services fiscaux (déclarations fiscales et conseils en matière de fiscalité internationale).