L'actualité fiscale en continu
FiscalOnline
Fiscalité du patrimoine
Fiscalité des entreprises
Transmission d’entreprises
Fiscalité internationale
E-fiscalité et Innovation
Fiscalité écologique
Outils fiscaux
On en parle
>Sources

COVID 19 et résidence fiscale

Impôt sur le revenu
A propos de l'auteur Depuis de nombreuses années, j’assiste les entreprises, les particuliers, les dirigeants et les collectivités dans tous les domaines de la fiscalité. Je fais partie des très rares avocats français habilités par les instances de la profession à se dire « spécialistes » du droit fiscal. Je fais bénéficier mes clients d’une analyse technique, pointue et innovante notamment en matière de contentieux fiscal, de contrôle des comptabilités informatisées, de TVA, de droit fiscal international et de fiscalité patrimoniale. La stratégie mise en place est pensée avec soin, en anticipant toutes les phases successives de la procédure. Elle vise à vous conseiller et à vous défendre face à l’administration fiscale, pour préserver votre patrimoine et assurer votre sécurité juridique. Avocat fiscaliste, j’ai d’abord été formé dans un cabinet anglo-saxon de renommée internationale à Paris, avant de revenir à Nantes, où j’ai mes attaches familiales. Auparavant, j’ai suivi une formation universitaire d’excellence, d’abord à l’ICES (Institut Catholique de Vendée), puis à l’Université Paris 1 SORBONNE ainsi qu’à l’AUREP (Association Universitaire de Recherche et d’Enseignement sur le Patrimoine) et à l’EFB (école d’avocat). A ce titre, je suis diplômé en fiscalité internationale et en gestion de patrimoine. Je suis titulaire du très recherché « certificat de spécialisation en droit fiscal et droit douanier« , avec une qualification spécifique en « contrôle fiscal et contentieux fiscal« . Je suis passionné par la pédagogie et par les enjeux juridiques du monde actuel.

Article de Maître Etienne Larminat Avocat Fiscaliste du 8 avril 2020

Des personnes domiciliées habituellement à l’étranger sont contraintes de rester confinées en France pendant la crise du coronavirus.

Un certain nombre de ces personnes va donc passer en 2020 bien plus de temps en France que ce qu’elles escomptaient initialement.

Une inquiétude particulière est susceptible de naître : ce séjour prolongé a-t-il pour effet d’entraîner le transfert en France de leur domicile fiscal ?

Il convient ici de lever toute inquiétude.

Les critères du domicile fiscal sont fixés par l’article 4 B du Code général des impôts.

Selon ce texte, ont leur domicile fiscal en France les personnes qui y disposent :

De leur foyer ou de leur lieu de séjour principal, De leur activité professionnelle principale, Du centre de leurs intérêts économiques. Il est exact de considérer que le confinement peut avoir pour effet d’entraîner le transfert en France de leur lieu de séjour principal en 2020 pour certaines personnes. En raison de la crise, certaines vont passer en France plus de la moitié de l’année, alors même qu’elles envisageaient de n’y résider que quelques mois ou quelques semaines.

Ce fait suffit-il à établir qu’elles aient en France leur domicile fiscal ? En principe, Non.

En effet, comme il a été plusieurs fois jugé, pour le Conseil d’État :

« Le lieu du séjour principal [d’un] contribuable ne peut déterminer son domicile fiscal que dans l’hypothèse où il ne dispose pas de foyer » (cf. notamment : Conseil d’État, 8ème - 3ème chambres réunies, 27/06/2018, 408609).

Le fait de passer plus de temps en France que prévu en raison du coronavirus ne peut donc affecter que les contribuables qui ne disposent pas de foyer.

Or, une telle situation est extrêmement rare.

En effet, même les contribuables célibataires peuvent être considérés comme ayant un foyer. Ce foyer s’entend alors du lieu où il habite normalement et a le centre de sa vie personnelle, sans qu’il soit tenu compte des séjours effectués temporairement ailleurs en raison des nécessités de la profession ou de circonstances exceptionnelles.

Source : www.larminat-avocat.fr

a lire aussiImpôt sur les sociétésAmortissement des biens non utilisés durant la crise sanitaireTVABercy commente au BOFIP l'application du taux de 0 % TVA aux vaccins et tests CovidAgenda fiscalReport de l’échéance de contribution à l’audiovisuel publicFiscalité communautaireAides d'État: Bruxelles autorise un régime d'aides français de 2 Md€ à l'appui des coûts fixes non couverts des entreprises touchées par la pandémieRevenus professionnelsBercy commente le crédit d’impôt en faveur des bailleurs consentant des abandons de loyers aux entreprises locatairesImpôts FonciersPas de dégrèvement de taxe d'habitation pour les propriétaires n'ayant pu accéder à leur de résidences secondaires pendant le confinement